Black Friday France : les symptômes d’une société en voie de perdition

Depuis 1960, une pure tradition consumériste venant tout droit des Etats-Unis, sévit chaque année et s’appelle le Black Friday France. Oui, cela fait plus de 60 ans que chaque année, une journée de folie furieuse d’offres et de promotions de produits à tout va, devenue maintenant un week- end, voir des semaines de folies sous couverture de bons plans, s’installe dans l’esprit des gens.

Mais d’abord, essayons de comprendre ce qu’est le Black Friday.

A l’époque, les entreprise et commerçants aux Etats unis avaient des comptes plutôt déficitaires, car les gens préféraient attendre les fêtes de fin d’années comme Noël pour faire leur shopping, leurs cadeaux et dépenser leur argent dans les magasins.

A cette époque, il n’y avait pas encore les ordinateurs et logiciels de comptabilité alors le comptable faisait ça à la main et écrivait les déficits en rouge.

Thanksgiving se tenait toujours le dernier jeudi du mois de Novembre et le lendemain de Thanksgiving, ils ont commencé à appliquer des réductions énormes sur les prix des articles disponibles.  Leurs ventes explosaient, et les comptables ne marquaient plus les déficits en rouge mais les bénéfices en noir.

Le lendemain étant un vendredi, ce jour est devenu le vendredi noir, la journée du black Friday en anglais.

Le Black Friday arrive dans l’hexagone

Puis en 2010, le Black Friday est arrivé en France par les enseignes des géants américains comme Amazon et Apple. Puis très rapidement, vu l’engouement et le succès des 1ères éditions, juste avant Noël, des entreprises françaises s’y sont mises, comme les magasins de la Fnac, Darty, Cdiscount et bien d’autres. Et c’est en 2014 que l’explosion s’est vraiment produite et  imposée partout en France.

Bon ça, c’est pour l’histoire et pour nourrir votre besoin de connaissances. Ce soir, vous serez plus intelligents et vous verrez comment vous allez faire grandir votre âme avec cette nouvelle connaissance acquise de l’origine du Black Friday.

Mais il se cache quoi en vrai, derrière ce vendredi noir ou tous les tarifs explosent en miettes avec des réductions de -50% – 70% et même – 90% ?

Les déviances du Black Friday

Tout d’abord si le Black Friday explose littéralement en France, c’est parce qu’il est connu de  81% des Français selon le sondage de BVA-Orange et pour 75% d’entre eux, le Black Friday est une bonne opération. Cela veut dire que les remises faites par les commerçants et par les marques sont à la hauteur de leurs espérances.

En 2019, c’était plus de 6 Milliards d’euros d’achat juste en France sur un week-end.

Alors oui, si ce Black Friday existe et fonctionne si bien, c’est tout simplement parce que 75% des personnes deviennent littéralement folles, hystériques et se lâchent en dépensant à outrance ce week-end tout particulièrement, à  la date facile à mémoriser correspondant au dernier vendredi de Novembre, juste avant le lancement des fêtes de Noël.

Cette journée d’achats compulsifs, n’est rien d’autre que le symptôme d’une société consumériste qui se fracture culturellement d’une part, car le Black Friday n’a rien de Français,  et d’autre part, une société qui se perd par cette idée que d’acheter là maintenant, sera l’affaire de sa vie et qu’il ne faut surtout pas la rater. L’argent et la dépense sont devenues pour certains, la seule raison de vivre.

Les tocs du BFF : Black Friday France

 

Black friday france et dans le monde

Mais il y a d’autre symptômes qui eux, touchent les acheteurs. Ils ont des TOC. Un TOC veut dire Trouble Obsessionnel Compulsif. D’ailleurs, il y en a de plus en plus. Il suffit de regarder dans les données de FB pour ceux qui sont dans l’hexagone et nous pouvons voir qu’il y a en moyenne 2,5   millions de personnes qui sont catégorisées en tant qu’acheteurs compulsifs. C’est-à-dire des personnes qui dépensent pour combler un besoin et non pas parce qu’elles ont besoin de ce qu’elles achètent. C’est d’ailleurs le syndrome du cyber acheteur.

Et là où c’est exceptionnel, c’est que cette maladie mentale s’est installée en France, (car devenir fou pour un achat matériel, c’est bien une maladie mentale), et bien si on tape la requête Black Friday, on s’aperçoit que par mois, il y a 3,1 millions de recherches dans le monde, pour 285 000 pour la France qui a dépassé les Etats-Unis, de là ou vient le virus compulsif qui eux, sont à 236 000 recherches mensuelles.

Cela veut dire qu’en France, chaque jour, 9500 recherches sur internet sont tapées pour le Black Friday, soit 395 recherches par heure, soit 7 par minute. J’entends alors rire Krishnamurti qui doit répéter en boucle comme un mantra, sa citation qui dit : que ce n’est pas le signe d’une bonne santé mentale que d’être bien adapté à une société malade.

Car oui, nous parlons aussi ici d’un autre symptôme profond de nos sociétés malades. Et cette autre maladie qui touche 75% des Français pour le Black Friday France et apparemment 90% d’entre eux aussi, l’acceptation des règles liberticides : c’est le conformisme.

Black Friday et conformisme : l’expérience de Asch

Solomon Asch-conformisme
En 1951, le psychologue Salomon Asch a émis l’hypothèse suivante : qu’une personne serait peut-être susceptible de s’approprier un jugement qui serait contraire à ses valeurs, au bon sens, mais aussi à la réalité, et tout ça sans que personne ne lui donne une récompense ou une punition, dit dans d’autre termes, sans qu’on lui donne une carotte ou de coup de bâton.

Salomon Ash a procédé ainsi : il a pris un groupe de 10 étudiants et leur a expliqué qu’ils allaient participer à une expérience pour soi-disant tester leur vision. Bien sûr, c’était totalement faux.

Puis il leur a présenté 3 lignes de 3 longueurs différentes. Ils devaient simplement dire laquelle était la plus petite. Seulement sur les 10 étudiants, il n’y avait qu’un seul réel cobaye et les 9 autres étaient des complices.

Le cobaye s’exprimait en dernier en ayant entendu le choix des autres étudiants. Le psychologue avait indiqué avant le test, à chacun des complices de dire que la ligne la plus petite était en fait la plus grande, c’est à dire la numéro 3, sur la photo ci-dessus.

Et bien, il s’est avéré qu’unanimement, le cobaye, étant confronté au choix erroné de tous les autres, répondait alors comme les autres en disant que la ligne 3 était bien la plus grande alors qu’elle était la plus petite. Voilà le pouvoir du conformisme !

Le pouvoir du conformisme révélé par le Black Friday

Le pouvoir du conformisme, c’est un énorme pouvoir de sidération manipulatoire que peut avoir un groupe ou une institution qui est dans l’erreur, sur un individu qui réfléchit par lui-même.

Avec le Black Friday et cette déferlante d’offres et de promotions pour laquelle d’ailleurs  Gregory Caret, directeur de l’UFC, l’observatoire de la consommation, déclare que dans 90% des cas pour un même produit, il n’y a pas de différence entre le tarif affiché pendant le Black Friday et celui affiché un mois avant,  nous retrouvons notre expérience de Salomon Ash où ces acheteurs compulsifs sont atteints de conformisme…

Mais bien sûr, cela ne s’arrête pas uniquement aux achats compulsifs puisque nous l’expérimentons encore avec le pass sanitaire, la vaccination, le choix d’un président et bien d’autres pseudo choix que chacun doit prendre en pensant que ces choix viennent bien de lui ou d’elle.

Le prix de la vérité a un effet pervers

Mais attendez car l’expérience de Ash ne s’arrête pas là. Et c’est maintenant que cela devient dramatique et où vous allez voir à quel point ce cancer du conformisme est puissant.

A chaque fois qu’il révélait ensuite au cobaye que les 9 autres était des complices qui avaient pour ordres d’indiquer la mauvaise ligne, et bien, accrochez-vous , 60% des cobayes continuaient encore à être persuadés que la plus grande était la plus petite.

Vous comprendrez alors pourquoi même si le président lui-même venait à dévoiler qu’il s’est trompé à 100% depuis le début 2019 et bien 60% des Français continueraient à croire aux mensonges préalables.  En Février 2019, je vous avais dit que nous étions dans une guerre psychologique et énergétique et je pensais pleinement mes mots et les maintiens. Dans un monde où les gens sont habitués à entendre des mensonges, la vérité a l’air suspecte.

Black Friday et panurgisme

Black friday et panurgismeLe Black Friday a un autre symptôme qui est le Panurgisme.  C’est un besoin pernicieux qui est celui de faire pareil que les autres dans un seul but : celui d’être intégré.

Alors avec le Black Friday, c’est se jeter sur les offres et les promotions en ligne et maintenant aussi hors ligne, le vendredi noir. Et non, le Monday, car le Black Monday personne ne le fait.

Ce qui compte ici ce n’est même plus les produits, ni la promo. Ce n’est pas non plus les articles en solde dans les magasins ou en ligne sur internet. De plus, ce ne sont même pas les meilleures affaires ou les meilleures offres, ni même les meilleures remises ou les meilleurs tarifs. Ce qui compte c’est faire comme tout le monde. Car si tout le monde le fait, c’est que ça doit être vrai. C’est que ça doit être juste ou bien. Mais c’est aussi sûrement que ça doit être intéressant. Cela me place alors dans cette grande famille que l’on appelle : la société moderne.

Le Black Friday, avec ses chutes du Niagara d’offres et de promotions de produits, (d’ailleurs les champions en tête restent toujours Amazon, la Fnac, Darty, Cdiscount, Boulanger) dévoile aussi une énorme fracture culturelle.

Le Black Friday et la fracture culturelle

Pourquoi l’Europe a-t-elle importé le consumérisme américain et pourquoi les Européens ont-ils succombé à ce cyber achat. Cyber qui est devenu un lieu de rdv pour Ames frénétiques, un lieu de rdv pour Ames en quêtes de sens, lieu de rdv pou l’évènement de l’année, une rencontre à cette date unique où les promotions coulent à flots.
La réponse se trouve dans le fait que notre système arrive à un stade d’épuisement.

Les gens ont perdu tous leurs repères. Plus personne ne distingue le vrai du faux, le juste de l’insensé, le plaisir du nécessaire. Oui notre système s’effrite petit à petit. Et il nous faut inventer autre chose.

Le constat sociétal

black friday systeme en stress

Regardez simplement autour de vous : les gens sont stressés à n’en plus finir. La plupart des personnes sont régulièrement malades. D’autres sont constamment frustrés à tel point qu’ils ne perçoivent plus rien de lumineux.  Tout est remis en doute. Tout est mensonge pour eux.

Écoutez les gens parler de leur travail, ils sont pour la plupart insatisfaits sauf ceux qui travaillent chez nous à Soul in a Mind car mes collaborateurs sont tous des passionnés et non juste des diplômés. Car je reconnais qu’ils existent certainement des diplômés passionnés et des responsables d’entreprises qui prennent réellement le bien-être de ses salariés mais sont-ils nombreux ?

Regardez les couples autour de vous, la plupart sont insatisfaits, il y a toujours quelque chose qui ne va pas. Mais ça va plus loin, ces mêmes personnes, souvent, n’aiment pas leur corps qu’elles trouvent  trop gros, ou trop maigre, ou trop bronzé ou trop blanc. Elles sont aussi insatisfaites d’elles-mêmes.

Combien en Europe prennent des antis dépresseurs juste pour se tranquilliser, se rassurer, quand ce n’est pas des somnifères parce qu’elles ont des troubles du sommeil.

Et regarder aussi l’effet hypnotique des écrans de télévision, d’ordinateur, des téléphones.

Mais si on regarde le message principal qui est délivré à chaque fois on va retrouver : gagnez de l’argent pour le dépenser, puis votez, et dépensez encore, pendant ce temps, vous allez vieillir alors dépensez encore avant qu’il ne soit trop tard.

Honnêtement, notre société n’est-elle pas la plus stupide de l’histoire humaine ?

Le Black Friday et l’euro, le sens profond de l’argent

le grand pojetAvant de conclure, l’argent, au cœur de cette société consumérisme n’est-il pas la gangrène du monde. Alors bien sûr, plus on en a, plus on peut faire aussi de belles choses. Mais s’il n’existait pas, il n’y aurait alors plus d’inégalités sociales, plus de Faim dans le monde. Les logements vides ne seraient plus vides. Il n’y aurait plus de dérives radicales importantes. L’esclavage monétaire n’aurait plus sa place et ce ne serait plus chacun pour soi mais tous pour tous.

Le Black Friday et ses « bon plans » ou « la promo du siècle », n’est pas l’évènement écologique par excellence mais bel et bien une machine de guerre économique. Seulement, les dérives économiques d’un monde monétaire sont nombreuses comme par exemple :

la surconsommation de masse de produits souvent inutiles ou non nécessaires, sa concurrence de prix. C’est aussi l’accès aux biens et services pour ceux qui ont les moyens, et rien pour ceux qui n’en n’ont pas.  Puis nous le voyons bien avec les boîtes comme Amazon, Apple, Facebook, Google et Microsoft, les cyber géants commerçants, avec la concentration des richesses. Il y a aussi la rétention des connaissances avec les dépôts de brevets. Puis il y a aussi une productivité croissante et apparemment poussée et maintenue par de l’obsolescence programmée. Et la liste est encore longue.

Si vous voulez voir cette liste, vous avez le grand projet sur le site de mocica.org qui, apparemment tout comme les Atlantes, développe un monde anti-conformiste. C’est une sorte de monde idéal sans gouvernement et sans argent. Car il faut bien se l’avouer, ce sont les 2 gangrènes principales du monde.

Black Friday France : une machine de guerre

Alors oui, derrière le Black Friday, derrière ces soldes trafiqués, derrière ces bons plans, se cache quelque chose. Derrière cette liste d’offres et de promotions, derrière cette guerre des prix, il y a encore cette même chose.
Puis derrières les marques qui affichent sur leur site internet, leur meilleure offre disponible avec les meilleures réductions pour cette occasion unique du Black Friday, se cache une machine infernale.

C’est une machine infernale de destruction, destruction de la culture humaine, des valeurs humaines et de l’autonomie de la pensée, destruction de la multiplicité au profit de la conformité et de la normalisation. Cette machine infernale de destruction est conditionnée par un seul et unique but : gagner plus d’argent, une occasion de plus pour les enseignes, un évènement de plus pour les marques, afin de gagner de l’argent.

Black Friday et le shopping du bonheur

Pour conclure, le Black Friday ne vous rendra pas plus heureux.  Les articles que vous allez acheter, soi-disant la promo de l’année, ne vous permettront pas d’être mieux dans votre corps.

Le Black Friday ne vous rendra pas plus ouvert d’esprit. Cette occasion de faire un shopping de plus à une date fixe ne vous rendra pas plus libre.

Le Black Friday avec ses pseudo soldes sur les sites vous illusionnera et vous endormira un peu plus dans une société qui se meurt et qui tel un corps atteint de cellules cancéreuses s’éteindra avec toutes ces mêmes cellules.

Sortez de ce corps malade. Si vous devez acheter des articles, alors posez-vous d’abord ces questions :

  • Est-ce que j’ai vraiment besoin de ces articles ?
  • En achetant le jour du Black Friday, à quoi est ce que je contribue ?

Les meilleures affaires du Black friday

black friday vs grand projetLes meilleures affaires ou les meilleures promos du Black Friday ne sont pas chez Amazon, Apple ou la Fnac. Non, les meilleures promos et les meilleures affaires sont celles que vous allez faire en tout état de conscience. La promotion n’a rien à voir dedans, le lieu non plus. Que ce soit le Friday ou le Monday, cela ne fait aucune différence.

Les seuls vrais bons plans seront ceux que vous aurez choisis vous-même, sans tenir compte des autres. Rappelez-vous le conformisme et le panurgisme. (Pour faire référence au mouton de panurge).

Alors même si effectivement nous sommes en plein dans une société consumériste , cela ne doit pas nous empêcher de rester conscients et centrés sur nos valeurs.

Cela ne doit pas nous empêcher de ne pas être stupides, au point de devenir fous furieux et  de faire des achats compulsifs pour gagner quoi ? Quelques euros ? Une valeur fictive et illusoire qu’est l’argent ?

Si vous sentez que vous êtes déjà atteint de cette maladie liée à l’argent alors je vous invite fortement à rejoindre le mouvement mocica qui grandit à grand pas et qui vous aidera à vous émanciper d’un système malade et contagieux.

Si vous ne savez plus ou vous en êtes et bien faites ce bilan sur votre point de vie ou engagez-vous dans une démarche méditative d’un an ou prenez soin de vous et de votre couple. Vous ne dépenserez pas d’argent et en plus votre âme se déploiera et s’émancipera d’un système qui tente de nous asphyxier.

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika et Soul in a Mind. 



un point de vie complet - pdf Gratuit

la voie des Soulminders - Roman initiatique - Mika Denissot

 

Restez dans la boucle des Soulminders

Telegram Mika Denissot

Facebook Twitter Linkedin Youtube Instagram