Ce que nous enseigne le temple de Borobudur sur l’île de Java en Indonésie

Du 8e au 9e siècle, en Indonésie sur l’île de Java, situé à central Java, proche de Yogyakarta à Magelang a été construit ce temple. Ce temple est l’un des plus grands temples bouddhistes au monde. Ce célèbre monument de Borobudur, proche donc de Yogyakarta en Indonésie, fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco, et des 7 merveilles du monde. Le monument est préservé et protégé par le gouvernement indonésien.

Borobudur à central Java est le patrimoine le plus visité en Indonésie. Les photos et images du lieu illustrent à merveille avec ses stupas, ses statues de bouddha, et cette collection de reliefs sculptés, au lever du soleil notamment, la magie du voyage en Indonésie, «travel in Indonesia».
Ce patrimoine que l’Indonésie possède, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, a nécessité une importante restauration. C’est un chef d’œuvre d’architecture, porteur de l’histoire bouddhiste. Mais plus que cela, ce temple, ces reliefs de pierre, initient le visiteur aux enseignements bouddhistes. En quelque sorte un voyage de vers l’éveil….

Alors que les monuments religieux occidentaux de la même époque sont seulement décryptables par l’initié, la construction entre le 8 et 9e siècle Borobudur, à l’architecture initiatique, aurait duré 75 ans.
Borobudur a pour but d’initier le simple visiteur, en déambulant dans la construction et ses formes circulaires, grâce aux panneaux, aux reliefs, aux stupas et statues de bouddha. Il y appréhende alors l’enseignement de Bouddha lors de ce périple.  

Visitons le monument

La visite du monument Borobudur nous révèle qu’il est construit sur 3 niveaux. Ces 3 niveaux s’accordent à la conception de l’univers dans la cosmologie bouddhiste. Selon cette philosophie, l’univers est divisé en 3 sphères qui sont superposées tels les 3 niveaux du temple principal.  

La première sphère Kamadhatu

 

Les 3 niveaux de Borobudur

La première sphère (en rouge) du monument, est appelée Kamadhatu qui est la base du temple, elle représente le plan des désirs. C’est l’espace dans lequel nous vivons toutes et tous lorsque nous sommes esclaves de nos désirs. Lorsque nous désirons quelque chose à tout prix. Lorsque nous sommes avides de posséder. Lors de la folie consumériste pour les fêtes par exemple ou les soldes. Lorsque nous sommes attachés à des images, voire enchainés à nos pulsions d’avoir, nous vivons et évoluons dans Kamadhatu.

La deuxième sphère Rupadhatu


Puis il y a la deuxième sphère du monument (en orange), nommée Rupadhatu et est représentée par les 5 terrasses carrées. C’est la sphère, le plan, où nous avons réussi à abandonner nos désirs. Mais nous restons cependant encore liés fortement au nom et à la forme.

Il faut comprendre que le monde dans lequel nous évoluons est ce que nous appelons le monde des formes. Tout autour de nous, tout est bien structuré et a une définition propre. Tout ce que nous voyons est délimité. Ce monde des formes par sa structure a tendance à nous happer. Il nous offre une sorte de stabilité qui n’est en fait rien d’autre qu’une illusion.

Nous portons attention aux noms, aux définitions, que ce soit, les nôtres ou autour de nous. Dans la sphère de Rupadhatu, notre âme est plus légère, notre esprit plus éveillé. Cependant, nous sommes toujours attachés à la forme et a la structure. Le désir est moins présent et nous avons un meilleur contrôle sur lui.

La troisième sphère Arupadhatu

Puis la troisième sphère du monument s’appelle Arupadhatu (en jaune), c’est le plan du détachement des formes. Elle est représentée par les 3 plateformes circulaires et le grand stupa monumental tout en haut du temple. Dans cet espace, il n’y a ni désir, ni nom, ni forme. C’est dans cet espace où nous expérimentons le détachement total. Notre esprit est libéré de tout attachement et nous pouvons alors faire l’expérience de l’absolu. Ceux et celles qui pratique la méditation de manière rigoureuse ont sûrement déjà expérimenté cet espace aussi appelé le Samadhi.

C’est un espace où la structure du soi se dissout. C’est-à-dire l’image que vous avez de vous-même, vos souvenirs, et tous les êtres qui vous entourent, n’ont plus de présence ni de poids dans ce moment précis. Vous êtes alors en union parfaite avec « ce qui est » comme disait Ajahn Chah.

Borobudur, une visite en reliefs, un parcours initiatique

Borobudur Indonesia


Il est extrêmement difficile pour nous, êtres vivants, dans un monde marchand, dans un environnement où nous devons acheter notre temps de vie, immobilisé dans cette sphère indéfiniment. Cependant, il nous est possible d’expérimenter le Samadhi par la méditation. En pratiquant principalement la méditation anapanasati.

Il est à noter que vivre dans la sphère de Rupadhatu est tout à fait accessible. En effet, beaucoup d’êtres déjà engagés sur la voie de l’éveil et de l’initiation spirituelle peuvent l’expérimenter. Dans cet espace, il est alors possible de libérer l’esprit, en n’étant plus esclave de désirs futiles qui ne nourrissent pas l’âme, sans pour autant vivre reclus.

Avant toute chose, c’est un état d’esprit de vie au quotidien qui permet d’osciller d’une sphère à une autre. C’est donc à chacun d’entre nous de décider où nous désirons nous placer.

Ce temple, au-delà de sa structure phénoménale, de ses sculptures dans la roche extraordinaires, de la taille des pierres qui le composent, est avant tout la définition initiatique de la marche vers l’éveil, atteindre le nirvana dans la philosophie bouddhiste.

Cette marche qui décrit les phases du parcours conduisant au nirvana est aussi définie par les 3 temples de Borobudur. Le stupa principal avec ces 3 niveaux et ses 72 stupas, avec la représentation de Bouddha dans chacune d’entres elles. Puis le temple de Mendut avec un monolithe incroyable, le monument représentant Bouddha et 2 boddhisattvas. Puis le temple de Pawon où le mystère règne encore sur la divinité qu’il aurait contenue.

Borobudur lève le voile sur les illusions

la mréditation anapanasati - mp3 gratuitPour beaucoup, le chemin vers l’éveil ou la marche vers le nirvana reste un concept abstrait et inaccessible. Pourtant, ce n’est que la modification lente et profonde, de la manière dont vous allez observer la nature de votre esprit. Ainsi que la nature du monde qui vous entoure. Plus vous lèverez le voile sur les illusions qui se présentent sous vos yeux, plus vous monterez les marches du temple de Borobudur.

Ce que nous enseigne Borobudur, c’est avant toute chose cette marche initiatique que chacun d’entre nous peut arpenter quand bon lui semble pour sortir de l’enchainement infernal des naissances et des morts. C’est ce chemin qui consiste, pas à pas, à se libérer du poids de ses désirs. Pour atteindre la paix de l’esprit, libéré de ses émotions et des constructions mentales. A ce sujet, la paix n’est pas un moment de repos. La paix n’est pas un sursis entre 2 guerres. La paix, c’est la paix, point final.

Borobudur, par son chef d’œuvre d’architecture, nous invite à considérer notre vie comme une œuvre d’art. Et surtout, la vivre comme un chef d’œuvre. Considérer notre existence à son plus haut niveau. Vivre pour son éveil personnel, afin de libérer avec soi le plus d’êtres vivant dans la souffrance autour de nous, souffrance générée uniquement par des créations mentales souvent mal interprétées ou incomprises.

Borobudur, un stupa géant

Borobudur Yogyakarta

Si nous regardons Borobudur vu du ciel, il représente un mandala géant de pierre.

Le parcours pour atteindre le stupa du haut est normalement un parcours initiatique. Il se fait dans le sens des aiguilles d’une montre en récitant des mantras.

Marchant ainsi sur ce stupa géant, symbolisant le cosmos, car nous disons temple de Borobudur, mais ce n’est pas véritablement un temple. Il n’y a pas d’image de dieu à vénérer ici. Donc, marchant sur ce stupa géant, l’initié est alors en méditation. Intégrant en lui, durant son périple, les différentes étapes du détachement qu’il va devoir effectuer, en lui, pour se libérer.

Ici il est nécessaire de prendre son temps pour aller au sommet. Cette montée silencieuse méditative favorise l’élévation spirituelle pour toute personne en quête d’absolu.

C’est un message très fort de nos jours. Car la plupart des êtres pensent qu’en méditant 10 minutes par jour, ils comprendront la nature de leur esprit.

Lors de la visite, il faut être patient et arpenter avec douceur ce chemin. C’est d’ailleurs pour cela que le parcours initiatique que je propose avec Émergence Spirituelle ne dure pas moins de 3 ans. A l’image des retraites bouddhistes, de 3 ans, 3 mois et 3 jours.

Borobudur : retrouver le sacré

Emergence Spirituelle - formation en ligne - Mika DenissotDonc, au total, durant sa marche, l’initié pourra alors voir 2670 bas-reliefs, dont 1460 représentant la vie sur l’île de Java au 9eme siècle et 1210 qui sont décoratifs.

Au sommet, il découvrira les 72 stupas en forme de cloches qui abritent toute une statue de Bouddha.

Borobudur témoigne aussi du sacré qui existait dans le cœur des êtres dans les époques lointaines de la nôtre. Le sacré qui fait malheureusement de plus en plus défaut de nos jours. Il reste cependant des gangsters spirituels qui continuent à essayer de planter la graine dans le cœur et l’esprit des êtres de notre époque. Et de souffler à leur âme, le sens de la vie, qui n’est rien d’autre qu’une marche vers l’éveil et l’amour universel.

L’éveil qui passera par des actions altruistes, au renoncement de soi et au détachement du monde des formes, des images et de ses attirances.

Borobudur : une marche vers l’éveil

Cette quête s’effectue durant plusieurs incarnations et pour beaucoup a déjà commencé il y a plusieurs vies. Ce n’est pas une voie toute tracée non, mais juste un parcours méditatif, d’introspection et de libération de l’esprit.

Borobudur est un dérivé du sanskrit Vihara Buddha Uhr et signifie : « le monastère bouddhique sur la colline ». Borobudur n’est rien d’autre que ce stupa, que nous avons toutes et tous en nous. Il abrite le divin et l’absolu en nous. C’est à chacun d’entre nous de décider de ce qu’il veut faire du temps qui lui est imparti dans cette vie. Pour soit rester dans la sphère de Kamadhatu en étant prisonnier et rester esclave de ses désirs, ou libérer son âme et cheminer vers Arupadhatu pour atteindre l’éveil pour le bien de tous les êtres.

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika et Soul in a Mind. 

  

Méditation mensuelle pendant un an - cours en ligne gratuit   la voie des Soulminders - Roman initiatique - Mika Denissot  

Restez dans la boucle des Soulminders

Telegram Mika Denissot

Facebook Twitter Linkedin Youtube Instagram