La souffrance : utile et contrôlable ?

Est-ce que la souffrance est nécessaire à notre évolution ?
Est-il possible de s’en libérer ?

Alors premièrement, la plupart des souffrances sont inutiles, car elles sont des créations mentales. Cependant,une infime partie sert à notre évolution.
Et deuxièmement, oui, il est possible de s’en libérer, car souffrir est un choix que l’on fait.

Rentrons maintenant dans les détails.

La souffrance et les remises en question 

Honnêtement, s’il n’y avait pas eu cette “crise sanitaire” amenant avec elle toute sa dose de souffrance, pensez-vous que vous vous seriez posés autant de questions sur la fiabilité des personnes qui nous gouvernent, sur le système dans lequel nous vivons ? Ou encore sur le sens de votre vie, sur l’importance de conscientiser le moment présent, sur la responsabilité de nos actions du quotidien, sur la frénésie dans laquelle nous vivions jusqu’en 2019, sur vos libertés, sur vos choix de vie… ?

Cette expérience a fait ressurgir pour beaucoup d’entre nous, diverses souffrances :

Souffrance psychologique par le fait de ne plus pouvoir s’exprimer librement.
Souffrance spirituelle pour certains, par manque de clarté concernant le sens de leur vie.
Mais aussi la souffrance physique, par les médicaments ou les soins imposés et pas forcément adéquats.
La souffrance sociale par les distanciations, le fait de se retrouver seul chez soi.
La souffrance de soumission par l’obligation d’accepter des décisions politiques paraissant injustes et incohérentes.
Ou encore, la souffrance existentielle par la perte de son travail par exemple et la liste est bien plus longue. 

Oui, toutes ces souffrances nous ont permis, pour la plupart d’entre nous, de chercher à transformer notre conscience.

Imaginez s’il n’y avait pas eu cet arrêt sur image pendant 18 mois. Auriez-vous pris ce temps pour déployer votre conscience sur ce monde, sur la destination de votre voyage, sur vous-même ?

Non ! Tout serait resté comme avant, encore et encore.

Donc oui, une infime partie de la souffrance sert le déploiement de notre conscience. Mais la plus grande partie de notre souffrance est totalement inutile. Ce sont des souffrances que l’on s’inflige à soi-même aussi longtemps qu’on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.

Quelques exemples pour bien comprendre

Je voudrais faire une distinction entre la douleur et la souffrance.

Une personne vient vers vous et vous met une claque. Ressentez-vous la douleur de sa main sur votre joue ?

Et bien ça, c’est la douleur. Cependant, quelle que soit l’intensité de la claque, toute douleur disparaît car toutes nos cellules, une fois bien bousculées, se remettent en place.
Maintenant, imaginez que vous continuiez à critiquer intérieurement cette personne, à ruminer la scène, année après année, et que vous vous placez en tant que victime.

Tout ceci n’existe nul par ailleurs qu’en vous-même, vous le créez. Ce n’est plus dans le présent, n’est-ce pas ? Et bien, c’est cela la souffrance !
Cette création mentale que vous allez laisser se déployer et prendre votre contrôle.

Prenons un autre exemple, pour bien identifier le caractère illusoire de la plupart des souffrances.

Pensez à une personne qui vous a trompé intérieurement, un ami qui vous a maltraité verbalement, qui vous a jugé sur un de vos actes, pensées ou paroles. À chaque fois que vous pensez à cet ami, vous ressentez de la colère, de la rancœur ou toute autre émotion.

Mais si vous observez plus attentivement, vous verrez que cette personne, n’est pas avec vous physiquement ici et maintenant. Elle ne vous fait rien.

Tout se joue dans votre mental, entre vous et vous seul, personne d’autre. C’est vous seul qui vous faites souffrir, en faisant remonter à votre conscience des faits que vous avez vécus. Ces expériences sont souvent des bribes, avec quelques améliorations et amplifications personnelles, qui ne sont en fait qu’un assemblage de pensées que vous cristallisez dans le présent.

Cette création mentale remémorée, vous crée des sentiments qui vous sont familiers, car vous les avez déjà vécus, et cela vous donne une identité, ou plutôt, une pseudo-identité.

Faire un choix

amitié choix souffrance
Si vous vous remémorez une histoire du passé avec une personne quelconque et que vous vous laissez envahir par la colère ou la haine contre cette personne, rappelez-vous alors que c’est votre propre tranquillité d’esprit que vous détruisez, et que c’est seulement vous qui le choisissez.

Dernièrement, j’ai eu l’expérience avec un ami qui, du jour au lendemain s’est mis à me dénigrer et à me juger. Cela m’a affecté pendant quelques jours, car c’est un être que j’apprécie particulièrement.

Puis un matin, je me suis posé en observant mon état d’esprit et mes pensées vis-à-vis de cette expérience. En observant autour de moi, j’ai pu constater que cette personne n’était pas là et que ses intentions ne me regardaient pas.

J’ai écrit dans mon journal, que je n’avais pas à souffrir de l’agissement d’un quelconque être, et que je préférerais vivre une vie heureuse plutôt que de rentrer dans une souffrance inutile, créée de toutes pièces par mon mental. Je devais aussi respecter les choix de chaque individu.

Alors, j’ai fait une méditation pour couper le lien avec cette personne, et je lui ai envoyé un message en lui disant que je prenais de la distance avec lui, car je ne voulais pas souffrir de ses jugements de valeur.
Ceci m’a libéré car après tout, ce qu’il vit ne me regarde pas. Rappelez-vous que vous avez toujours le choix d’accepter les propos d’un autre ou pas.

Notre état de souffrance dépend de nous

La plupart des gens pensent que l’état dans lequel ils se sentent (en colère, joyeux, plein d’énergie, tout mous, anxieux, déprimés…), provient de leur entourage. De leurs faits et gestes, de leurs mots, ou même de situations extérieures. Mais il n’en est absolument rien.

C’est uniquement le choix qu’ils font

J’ai ainsi fait le choix de continuer à vivre heureux sans ce membre de ma famille, parce que le temps de vie qui m’est imparti m’est précieux et que j’ai des milliers de personnes autour de moi qui me rendent heureux et avec qui je peux aussi partager mon bonheur.

Alors pour conclure, la souffrance a bel et bien une utilité, celle de permettre la désintégration de l’ego, pour transformer notre niveau de conscience.  Car sans douleur, sans solitude, sans échec, nous n’aurions aucune profondeur humaine, nous n’aurions aucune humilité ni même de compassion. 

Mais lorsque la souffrance vécue ne permet pas le déploiement de la conscience, ni la désintégration de cet ego ; et tente de vous enfermer encore plus dans des méandres de pensées à basse énergie, alors elle est totalement inutile et ne fait que vous transporter dans un monde illusoire éloigné de la Réalité du Présent.

 

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika Soul in a Mind sur l’art de la maitrise de soi et de l’émergence spirituelle



  Quand commencez-vous votre quête ?
la voie des soulmindersLe monde symbolique qui dirigent notre vieEmergence Spirituelle

Reconnectez-vous avec vous-même et ceux qui vous entourentprogramme de meditation gratuite avec mika denissot

Restez dans la boucle des Soulminders

FacebookTwitterInstagramPinterestLinkedin  Youtube