La méditation du soir ou la méditation du matin n’est pas ce que l’on croit.

Que vous pratiquiez la méditation du soir  ou du matin, quelle image avez-vous de la méditation ?
En quoi la technique est-elle considérée comme sacrée ou spirituelle par les moines bouddhistes par exemples et aussi pour certaines personnes et juste relaxante ou zen pour d’autre ? Pourquoi lorsque nous méditons, ne restons-nous pas dans le même état de conscience durant tout le reste de notre journée ? Pourquoi les bienfaits de la pratique de la méditation bouddhiste ou pas ne dure pas toute notre journée ?

Certaines personnes qui ont une pratique régulière disent :  “quand je médite, je me sens calme, relaxe, dans l’instant présent. je suis en pleine sérénité. Je me sens présent, parfois j’arrive même au lâcher-prise. Et quand j’arrête ma séance de méditation et reprends le cours de ma journée. C’est comme si tout disparaissait et cela me met dans un stress et un état conflictuel avec moi-même ! » Parfois même ceux et celles qui ont fait vipassana, technique de méditation issue de du bouddhisme vivent ce même état.

Ce qu’elles ont vécu, nombreux le vivent chaque jour mais très peu en parlent.

Briser les malentendus

Il est important de briser les malentendus concernant la pratique méditative pour éviter de sombrer dans la dépression, le rejet, la colère parfois, le stress, l’incompréhension qui bien souvent amène à un auto dénigrement de soi.
Ce qui peut aboutir à un arrêt de vos méditations du soir ou du matin et même de méditation guidée  car les résultats escomptés sont souvent à l’opposé de ceux obtenus.
Et l’on entend :« Cela ne fonctionne pas avec moi ! »
Alors que contrairement aux apparences, les personnes sont en pleine pratique quand elles vivent cela.

Bouddha en posture meditation du soir

Les début dans la méditation guidée

La première fois que j’ai médité, c’était suite à la lecture d’un livre de T. Lopsang Rampa nommé le troisième œil. J’avais 14 ans. Après plusieurs semaines, grâce à la chance du débutant, j’avais atteint un état de conscience modifié, j’étais absorbé par tout ce qui m’entourait, mais aussi par mon propre souffle.
Dans la posture du lotus, je trouvais une paix intérieure. parfois j’avais l’impression de faire une méditation transcendantale. ce n’était que le fruit de mon mental. en fait je pratiquais plus la méditation zen que transcendantale.

je n’étais pas bouddhiste, je cherchais comment méditer, je voulais élever en moi de la compassion. je recherchais aussi la paix intérieure, celle qui arrivent quand nos pensées se calment.
A plusieurs reprises je me poser dans un état de plein conscience dans cette espace de méditation.

C’était comme si j’avais toute la connaissance dans le creux de mes mains, comme si tout m’était accessible. Je vivais une entière présence à moi, au monde extérieur dans une seule et même unité : Moment de perfection.

Puis au moment où j’ai voulu analyser cette expérience pendant cette méditation du soir, tout s’est arrêté en un éclair me laissant dans un état euphorique mais mélancolique à la fois, car trop court et incompréhensible.

Méditation du soir : Les erreurs du débutant

Ensuite durant chaque séance de méditation du matin, chaque technique de méditation du soir et aussi chaque sorte méditation guidée,  j’ai cherché à retrouver cet état que je qualifiais à l’époque de « connaissance parfaite ». je recherchais cela aussi lors de mes pratiques de pranayama. Je me suis retrouvé devant un mur mental et ça a duré des années .  En fait je faisait mes méditations du soir pour “une nuit en conscience”.

Je me sentais sage lorsque je m’asseyais sur mon Zafu. j’imaginais un éveillé quand je contrôlais ma respiration.  Je croyais que le simple fait de méditer chaque jour allait suffire à me faire grandir, à me réaliser ou je ne sais quoi d’autre.

Il m’a fallu rencontrer mes deux premiers mentor Aruna et Jean pierre le Gouguec, à 21 ans puis ensuite, vivre en Inde, mes multiples retraites à l’ashram de Shivananda et à Daramsala pour comprendre que la méditation n’était qu’un moyen, une technique parmi tant d’autres offrant à chacun assis sur son zafu, un bel exercice d’entrainement, comme celui du coureur qui chaque matin fait sa routine matinale, s’échauffe et s’entraine à courir pour se préparer à ses compétitions.
Ici les compétitions sont pour nous, chaque journée de notre vie.

programme de meditation gratuite avec mika denissot

Ce laisser porter par la méditation pleine conscience sans tomber dans le sommeil

Chaque instant de notre vie, chaque moment, chaque seconde est susceptible d’être vécu en pleine conscience, en accord avec soi-même.  Chaque instant est sujet à être observé comme un moment qui nait, grandit, atteint son point culminant, descend et s’éteint.

A notre travail, en repas avec des amis, en faisant l’amour, en étudiant, parlant au téléphone, en envoyant des sms, en jouant avec ses enfants, à des jeux vidéo, en conduisant, en cuisinant, en écrivant un texte… Il y a toujours une opportunité pour entrer en méditation de pleine conscience

Ça a été un déclic incroyable que j’ai fait grandir chaque jour jusqu’à encore aujourd’hui, pour comprendre que la méditation telle qu’on nous l’enseigne habituellement n’existe pas. C’est juste un déclencheur pour vivre sa journée. La méditation est un art de vivre dans son quotidien et non une technique en elle-même.

La méditation du soir comment faire ?

Il est important de comprendre que méditer, prendre le temps de respirer, se reconnecter avec soi-même est un art de vivre qui inclut des changements profonds et durables. Car plus l’on devient conscient, plus on voit, et plus on voit moins on peut dire que l’on ne savait pas et moins on peut se déresponsabiliser et se sentir impuissant.

En ayant pris conscience de cela, chaque journée, chaque instant de ma vie avait plus d’importance que le nombre d’heures que je passais assis sur mon zafu. Chaque instant de ma vie est devenu un terrain d’entrainement  d’observation de moi-même tout comme ma méditation du soir. Chaque instant de ma vie est devenu une observation du monde environnant, et le temps assis sur le zafu est devenu un moyen d’ajustement de précision.

La méditation telle que je l’avais connue n’existait plus, et l’aspect le plus sacré, l’état le plus important était devenu chaque instant de ma vie. Les dichotomies avaient disparu.

La méditation, c’est l’observation en continu, de chaque instant T de notre vie, ce qu’on appelle « La Pleine Conscience » ou encore “méditation plein conscience”

Anapanasati, méditation du soir et du matin de conscience modifiée

Par où commencer la méditation du soir ou du matin : sur Youtube par une séance gratuite en prenant un cours ?

NON !ce n’est pas en tapant sur Youtube que vous apprendrez. Tout au mieux vous vous relaxerez

Cela fait maintenant plus de 32 ans que je pratique la méditation du matin anapanasati et si je devais recommencer je commencerais juste par la respiration. Mais pas assis, en posture méditative.
Je commencerais tout d’abord par essayer d’être conscient de ma respiration durant ma journée. cecifin d’informer mon esprit que c’est dans les actes du quotidien que l’art de méditer s’exprime.

Les cycles de respirations, la clé comme en musique d’une méditation profonde

Essayez de capter le maximum de cycles respiratoires durant votre journée. En plus de l’effet apaisant, et des prises de conscience que cela produira, vous nourrirez vos cellules qui ont avant toute chose besoin d’oxygène.

En prenant en considération qu’en moyenne un adulte respire environ 12 à 20 cycles par minute cela fait ~ 900/h soit ~ 15 000/jour.  Ceci qui vous laisse de la marge pour en capter quelques-uns…
Essayez juste de vous arrêter sur votre inspire et expire sans chercher à le contrôler, mais en ayant une respiration abdominale.

A l’inspire gonflez le ventre, à l’expire rentrez le ventre sans forcer.
Juste être présent au souffle lui-même sans jugement, sans analyse, sans l’augmenter ou le diminuer. Juste être là maintenant et respirer.

Observez-vous et améliorez votre méditation du soir pour une nuit en pleine conscience sans vous endormir !

En fin de journée ou après votre méditation du soir, notez dans votre journal ou votre téléphone, combien de temps vous avez été présent à votre respiration aujourd’hui.

Faites ça comme un jeu. Vous verrez très rapidement que cela deviendra un automatisme et vous respirerez de plus en plus consciemment durant vos journées.

Vous commencerez à prendre conscience que dans ce peu de temps de conscience journalière, vous aurez envie d’aller plus loin. Là le temps de vous poser sur votre Zafu sera propice, car il vous permettra d’ajuster avec précision votre conscience. Votre enthousiasme sera alors votre meilleur ami pour le début.

Plus vous vous arrêterez durant votre journée, plus votre méditation du matin et votre méditation du soir sera profonde.  Plus elle sera riche et profonde, plus vous vivrez votre journée avec plus de présence. De plus  vous comprendrez que la plus grande partie méditative qui donne des fruits n’est pas celle que l’on croit.

 

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika Soul in a Mind 



  Quand commencez-vous votre quête ?

la voie des soulminders roman initiatique de Mika Denissot

Restez dans la boucle des Soulminders

Telegram Mika Denissot

Facebook Twitter Linkedin Youtube Instagram