Galungan : célébration de la victoire du bien

Le 14 avril 2021, avait lieu la fête de Galungan à Bali, puis sur les îles aux alentours. Cette fête a pour but de se remémorer la victoire du bien sur le mal.
Je pense que cette fête a quelque chose d’important à nous dire, surtout aujourd’hui avec tout ce qu’il se passe autour de nous. 

Tout part de l’imaginaire

Alors bien sûr, le bien sur le mal, c’est quelque chose d’imaginaire. Et c’est cet imaginaire que, quelque part, les hindous se remémorent et commémorent. Cet imaginaire qui a été abandonné, délaissé dans nos sociétés occidentales, au profit de la pensée matérialiste.  

Tout ce que l’on fait, un acte, une pensée, le simple fait d’agir, de mettre un projet en place, part d’abord de notre imaginaire. Il n’y a absolument rien que nous fassions qui ne soit pas d’abord passé dans notre esprit et qui ne soit pas d’abord imaginé, rêvé. 

Et c’est important de se rappeler cela, parce que la pensée matérialiste tend à étouffer cet imaginaire, ce rêve. Elle a tendance à mettre tout ce qui est du domaine du rêve comme quelque chose de totalement utopique. Or, l’humain ne fonctionne pas ainsi. 

Par exemple, lorsque vous avez été la première fois dans un rendez-vous avec votre partenaire, vous l’avez d’abord imaginé. Vous avez d’abord pensé à comment vous alliez vous habiller, de quelle façon alliez vous lui parler pour la première rencontre. 

En règle générale, afin de préparer un projet, vous l’imaginez avant, vous le visualisez pratiquement. Et puis, pour certains, vous le dessinez. 

D’ailleurs, tous ceux qui ont réussi dans leur vie, quelle que soit leur réussite, psychologique, spirituelle ou financière, c’est parce qu’ils utilisent cet art, et ce pouvoir de l’imagination. 

Moi-même, je l’enseigne et l’applique sur moi et sur tout ce que je fais. C’est-à-dire que dès que je veux mettre en place quelque chose, la première des choses que je fais, c’est de l’imaginer, de le rêver, de le dessiner. Puis je répète, je revisualise jusqu’à ce que le projet fasse vraiment partie prenante de tout mon corps, de mes cellules, de ma conscience. 

Qu’est-ce que le bien et le mal ?

victoir bien mal
Galungan, cette commémoration de la victoire du bien sur le mal, est une invitation à nous rappeler que nous avons un pouvoir qui fait partie de notre vie. Je vous invite fortement à ne pas entrer dans le schéma de la pensée matérialiste et à utiliser ce pouvoir de l’imagination. 

Je vous invite vraiment à continuer à rêver, continuer à imaginer, continuer à penser et continuer à créer des histoires à l’intérieur de vous. Puisque le rêve, c’est la nourriture de l’âme. Chaque rêve, chaque action que vous faites dans votre vie n’est que la concrétisation de vos rêves, la concrétisation de vos pensées. 

Puisqu’il est ici question de cette commémoration, qu’est ce que le bien et le mal ? 

Si ce n’est qu’une imagination personnelle, faire le bien et le mal n’est que subjectif et absolument pas objectif. Ce qui est bien pour certains va être mal pour d’autres et vice-versa. 

Par exemple, à une époque, les Tibétains prenaient de nouveaux nés et les plongeaient complètement  dans l’eau glacée du lac. Si ce petit être ressortait vivant, alors cela signifiait qu’il avait la capacité de vivre dans cette vie douloureuse et qu’il avait toutes les forces et ressources nécessaires. S’il ne ressortait pas vivant, c’est qu’il n’était pas prêt pour cette existence… 

Imaginez maintenant que dans votre pays, on prend votre enfant dès la naissance, et on le plonge dans l’eau. Vous direz que c’est mal, alors que pour les Tibétains, c’est bien. 

Mais là encore, c’est juste une affaire de conditionnement puisque si vous étiez vous-même arrivés sur terre et que les 8 milliards d’êtres humains faisaient ainsi pour vous, ce serait quelque chose de tout à fait normal. Il y a plein de choses qui paraissent normales pour certains, et qui peuvent être mal vues par d’autres. 

Le bien, le mal : tout est à l’intérieur de nous

Au-delà de l’aspect subjectif et objectif, Galungan nous invite à aller beaucoup plus loin que ça. Elle nous invite surtout à repenser le bien et le mal à l’intérieur de nous. Cette notion de bien et de mal n’existe nulle part ailleurs qu’en nous. Et ce qui a fait toute notre existence, et donc notre vision des choses, n’est que la projection de nos pensées et de notre imaginaire. 

Donc, si vous souffrez dans votre vie, si vous avez des problèmes à répétition, je vous invite fortement à regarder comment vous l’imaginez. Quelles sont vos pensées chaque jour ? De quoi rêvez-vous pour votre vie ? Comment vous projetez-vous ?

Tous les mots et images à répétition que vous faites chaque jour, chaque seconde, créent votre existence. Absolument tout est possible et rien n’est impossible pour personne au moment où on décide de faire quelque chose. Bien sûr, il faut rentrer dans l’action pour ça. 

Malheureusement, on a oublié tout cela parce que dans nos sociétés occidentales, on nous a simplement appris à ne plus rêver. On apprend aux gens à ne plus avoir de vision positive pour le futur et on rêve même à leur place. On leur dit comment vivre et exister aujourd’hui. 

Cette fête de Galungan nous invite à nous remémorer que le bien et le mal ne se trouvent qu’à l’intérieur de nous et découlent de la manière dont nous allons rêver, penser. Donc chaque jour, allez créer votre réalité

Et si nous tous, nous décidions de mieux rêver, d’avoir une meilleure histoire à se raconter intérieurement ? Si nous faisions en sorte que chaque action que nous prenons ne soit plus simplement en relation avec nous, mais également pour le bien-être des générations futures ? 

C’est ainsi que le bien vaincra le mal. 

 

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika Soul in a Mind sur l’art de la maitrise de soi et de l’émergence spirituelle



Quand commencez-vous votre quête ?
la voie des soulminders

 Préparez votre projet sans erreurs

 Restez dans la boucle des Soulminders

Facebook Twitter Instagram Pinterest Linkedin   Youtube