Connaissez-vous le bug humain ?

En 2019, Sébastien Bolher, neurologue, est l’auteur d’un livre incroyable et bouleversant qui s’intitule « le Bug Humain ». Dans ce livre, il s’interroge sur les comportements des Hommes et pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète. Il adopte un point de vue scientifique, mais facile d’accès pour trouver la meilleure manière de l’empêcher.

Il montre le résultat des recherches actuelles sur la manière dont fonctionne notre cerveau.

Le plus frappant, c’est surtout la manière dont nous sommes programmés à répondre de manière totalement irrationnelle face à des situations d’urgence. Il émet d’ailleurs l’hypothèse d’un « bug » neurologique propre à notre espèce et notre société.

Pour ma part, j’ai toujours pensé que l’intelligence humaine était une maladie. Je sais, c’est une vision étrange pour quelqu’un qui enseigne la maîtrise de soi et de ses pensées. Mais c’est justement pour cela que je me suis dirigé vers ce chemin, c’est pour tenter de soigner cette maladie. Comme si nous avions atteint un point de notre évolution qui transformait notre intelligence en un problème pour nous et la planète.

L’histoire d’un bug humain

Alors sans chercher bien loin, regardons simplement les faits :

  • Avons-nous collectivement pris des décisions drastiques de changement face au dérèglement climatique ? Non
  • Dès la réouverture des cages ou des prisons dans lesquelles nous avons vécu avec le covid, avons-nous pensé à ne plus consommer comme avant ? Non

La machine économique nous montre bien le contraire.

Et bien soyons honnêtes, les changements climatiques, la diminution des terres rares, l’augmentation du permafrost, les 9 millions d’enfants qui meurent chaque année de faim, la biodiversité qui disparaît, le monde des forêts qui risque de ne plus exister que dans les contes pour enfants, collectivement, on ne s’y intéresse que très peu. Encore et toujours, c’est l’argent qui est le véritable moteur et aussi, le véritable problème.

Il n’existe pas de réelle vision d’une cohabitation saine des hommes et de la nature. Le livre de Sébastien Bohler nous fait prendre conscience des limites des capacités de nos cortex cérébraux.

Chaque scientifique qui travaille sur le sujet de nature tire la sonnette d’alarme. Ils avancent des chiffres comme 2050 puis 2100 au sujet de l’extinction des espèces, mais la réaction se fait attendre. Nous pouvons adresser une critique très dure envers ceux qui nous dirigent et nous précipitent dans un mur.

En 2100, si rien ne change, tous les habitants de la terre auront pratiquement disparu.

Une vision qui ne tient pas compte de la nature

Alors, la véritable question c’est, pourquoi agissons-nous ainsi ? Pourquoi depuis 40 ans, n’avons-nous pas changé de mode de vie ? Pourquoi malgré toutes les inondations, les feux de forêt, les tremblements de terre, les tsunamis, les gaz à effet de serre, continuons-nous toutes et tous, à vivre de la même manière, en dehors de quelques rares exceptions ?

Alors même si nous sommes tous préoccupés par le monde que nous allons laisser à nos enfants, nos décisions et nos actions ne sont pas à la hauteur de ces préoccupations.

Il faut multiplier le format de renseignement pour prendre conscience des choses. La quantité de savoir contenu dans un livre est sans commune mesure avec le reste. Élargissez vos horizons avec la lecture, faites-en un plaisir et vous percevrez le monde bien plus intensément pour vous faire votre propre avis.

Quelques initiatives intéressantes

Le bug humain

Alors oui, certains n’utilisent plus Google, mais Brave ou Lilo pour consommer moins, d’autres créent des favoris sur leur moteur de recherche pour éviter justement cette même recherche qui va activer les serveurs et dépenser moins. D’autres préfèrent prendre le train ou la voiture plutôt que l’avion. D’autres encore, préfèrent prendre le vélo plutôt que la voiture pour contribuer à la protection de notre planète.

Il y a ceux qui trient leurs déchets même si ces mêmes déchets sont remis ensemble et envoyés pour une part en Asie du Sud Est où ils sont stockés à ciel ouvert. Mais soyons bien clairs, toutes ces actions individuelles servent à nous rassurer personnellement, mais n’ont absolument aucun effet si le reste de la planète n’en fait pas autant.

En Indonésie, le tri des poubelles est vraiment quelque chose de l’ordre de Star Trek quand j’avais 10 ans. Les déchets sont jetés à même le sol dans les rues, dans les rivières ou brûlées à ciel ouvert. En Chine et plus généralement dans toute l’Asie, depuis 2018, ils refusent de plus en plus les poubelles venant d’Europe ou des USA et ils réexpédient les conteneurs à l’envoyeur.

En 2017 la France a exporté 250 000 tonnes de plastique soit 18 % des matières plastiques.

L’argent influence les comportements d’une société

Mais pourquoi en est-il ainsi ? Tout simplement pour un souci de rentabilité, car par exemple Roland Marion, délégué général de la confédération des métiers de l’environnement, qui regroupe les professionnels du recyclage expliquait en 2019, que produire une bouteille en plastique recyclé revenait plus cher qu’en fabriquer une avec du pétrole.

Et tous les acteurs le savent, mais personne n’agit vraiment. En avril 2019, l’ONG GAIA (global alliance for incineration alternatives) a fait un rapport de 46 pages qui dépeint les conséquences de cet afflux soudain, pour l’environnement, mais aussi pour les personnes qui trient les déchets. 300 000 ans d’évolution pour en arriver à ça.

Il faut savoir qu’une grande partie des déchets venant des pays d’Europe, donc de la France, et donc de vos maisons où vous triez, échoue dans la nature et tout ce qui n’est pas recyclé est alors brûlé avec toutes les conséquences que cela engendre. C’est pourquoi les pays d’Asie disent stop et c’est tant mieux.

L’action collective : une histoire qui pourrait être belle

Mais revenons à notre cerveau et nos modes d’agissement. Il est évident que toutes nos actions auront du sens si tout le monde joue le jeu. Seulement en Asie et dans les pays en voie de développement, soit environ 60 % du total, absolument rien ne dit qu’ils auront envie de suivre le pas des Européens et des pays développés qui ont joui pendant des années de toutes les richesses sur leurs dos. Qui pourrait leur refuser l’accès à ces mêmes richesses ? Pourquoi devrait-il faire de tels efforts ?

Cette vision crée un nouveau problème dans l’esprit de gens à l’échelle planétaire.

En Europe, des millions de personnes verront ces pays refuser d’appliquer les mêmes règles qu’eux et cela va créer des tensions, des critiques, car ils n’auront pas tous les mêmes informations.

En fait comme l’explique le neurologue Sébastien Bohler : nous sommes pris dans un piège circulaire. C’est d’ailleurs pourquoi Donald Trump a pris la décision de se retirer de l’accord de Paris lorsqu’il annonçait que les Chinois ne feraient rien de leur côté.

Depuis 2015, les sciences modernes ont prouvé que les activités humaines sont une des causes du changement climatique et qu’elles menacent l’équilibre des écosystèmes. Combien de villes dans le monde sont irrespirables ? Allez passer quelques jours à Jakarta, à Mexico, dans les grandes villes de Chine pour vous en convaincre. Et ceci est un fait, il suffit aussi de voir la biodiversité disparaître sous nos yeux. Il faudrait être aveugle et sourd pour ne pas s’en rendre compte.

Notre cerveau est incapable d’avoir la vision objective de nos actes

On a pu arrêter la planète entière pour une pandémie. Notre société a accepté des règles liberticides pour une crise sanitaire, on a accepté des changements inconcevables en temps normal, alors pourquoi n’arrêtons-nous pas cette destruction de notre environnement ? Pourquoi des mesures aussi drastiques ne sont pas appliquées pour sauver tout l’écosystème ? Pourquoi nous-mêmes, nous ne nous battons pas pour notre seule maison et pour l’avenir de notre humanité ? Ou encore, pourquoi ne faisons-nous rien pour arrêter l’extinction du règne animal pour notre nourriture et notre confort ? Sommes-nous des hommes égoïstes à ce point ou juste malades ?

Alors oui, nous isolons mieux nos maisons, nous trions mieux, mais soyons lucides, un seul voyage en avion Paris-Singapour, par exemple annule par son impact carbone tous les efforts menés d’un an de tri de déchets.

Notre cerveau peut-il envisager un tel changement ?

Pourquoi ne nous privons-nous pas de partir en vacances tout simplement ? La vie, d’après moi, ce n’est pas les vacances à l’étranger : vivre, c’est faire grandir son âme et évoluer en communauté pour aider les autres aussi à trouver en eux, l’essence divine.

On voit régulièrement aux informations un tremblement de terre meurtrier, un tsunami en Asie qui tue plus de 100 000 personnes ou un incendie qui ravage des milliers d’hectares de forêt, notre cerveau ne l’imprime pas. Il est là le bug relevé par l’auteur et le neurologue, Sébastien Bohler dans son livre.

D’ici une trentaine d’années, il n’y aura probablement plus de poissons à pêcher dans les océans. Est-ce que vous vous en rendez compte ? Ce constat, attesté par la communauté scientifique, devrait justifier un changement profond de notre mode de consommation.

En fait, nous sommes incapables de tirer collectivement les conséquences de nos propres observations du réel qui nous entoure pour avoir une vision concrète des mesures à mettre en place. Comment un citadin peut-il voir le vrai impact de son mode de fonctionnement ?

Alors, quoi faire maintenant que le tableau est posé ?

Il faut admettre que nous sommes responsables de ce que nous vivons. Que ce soit pour le climat ou pour les décisions liberticides qui nous sont imposées à longueur de journée. Je le répète, si tout le monde refusait en masse toutes les lois, alors les lois n’existeraient simplement plus.

Nous devons reprogrammer nos comportements et notre cerveau. Utiliser les capacités incroyables de nos cortex pour tirer un bénéfice commun de la masse d’informations que nous avons et de la qualité de nos chercheurs pour trouver une solution. Notre striatum doit être sollicité de la bonne manière. Le striatum est une portion du cerveau qui agit sur notre motivation et nos impulsions, deux choses essentielles dans ce combat.

Nous avons un devoir humain et urgent. L’inaction est une forme de complicité, il faut alors rejeter toutes les règles qui nous sont imposées et qui vont à l’encontre des intérêts du macrocosme.

Nous sommes déjà responsables de la 6e extinction du vivant, la septième, ce sera nous à moins que nous agissions.

Soyez critique envers tout ce qui vous entoure

la voie des soulminders

Pour ça, vous devez quoiqu’il arrive, vous recentrer. Les heures que vous passez à ne rien faire ou qui ne vous apportent rien d’autre que du stress dans votre vie, utilisez-les pour méditer, pour vous poser, pour vous projeter dans le monde de demain. Imaginez-vous ou vos enfants, dans 50 ans, dans 100 ans, dans 200 ans.

Vous serez surpris du choc que vous allez avoir. Vous devez reprendre votre destin en main. Pas demain, pas après demain, mais maintenant.

Alternez entre un livre sur le développement personnel et un sur un thème qui relève de la science. Enrichissez votre cerveau d’autant d’informations que possible et utilisez les sciences pour avoir une vision aussi éclairée que possible de ce qu’il se passe sur Terre.

Mettons en place une évolution de nos habitudes pour notre propre bien

Pour un scientifique, notre cerveau est programmé pour détruire, car il ne sait pas agir pour autre chose que le présent, le besoin immédiat. Les sciences modernes et notre histoire nous montre que nous sommes plus efficaces pour détruire que construire.

Je pense que nous agissons comme des virus, nous colonisons un endroit et nous l’exploitons jusqu’à l’épuisement total

Nous nous comportons ainsi, car nous n’avons pas encore pris conscience du divin en nous, et nous sommes encore à l’état instinctif et primaire.

Le prix de l’inaction serait bien trop lourd à porter pour nous et les générations futures. Cherchez à vous faire votre propre avis, et entreprenez toutes les actions possibles à votre niveau. Cultivez votre esprit critique par la lecture de revues spécialisées ou de livres écrits par des auteurs de tous horizons. Encore une fois, nous vous conseillons l’excellent livre de Sébastien Bohler. À force de persévérance, vous arriverez à sortir des jeux politiques, car ce sont bien ces jeux qui nous conduisent à une catastrophe mondiale.

 

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika et Soul in a Mind. 



Emergence Spirituelle

 

 

Restez dans la boucle des Soulminders

Telegram Mika Denissot

Facebook Twitter Linkedin Youtube Instagram