Le Burn out : une maladie professionnelle en expansion

(L’article a été mis à jour le 03 octobre 2021).
Comment expliquer que malgré toutes nos connaissances actuelles en psychologie, neurosciences, dans les domaines de la santé et du Bien-être, ce fléau contemporain qu’est le burn out, dans le monde du travail, soit toujours une maladie en expansion ?
Comment expliquer qu’il y ait urgence d’y remédier et de mettre en place au travail sa prévention: car le burn out coûte cher à l’employeur, à la société en termes d’absentéisme, de soins, donc aux CPAM (la caisse d’assurance maladie) et peut dans le pire des cas, conduire à la mort de l’individu ? Oui la question se pose : Le burnout est-il une maladie professionnelle ?

En Europe, selon les tableaux, maladie du travail, de l’OMS, 10% des actifs souffrent de burn out. Au Japon, le burn out est reconnu comme maladie professionnelle. En France, il est en voie de l’être, par les organismes paritaires (salarié/employeur), comme maladie professionnelle, dans le code du travail et la sécurité sociale.

Le CRRMP Comité régionale de reconnaissance des maladies professionnelles et la CPAM   Caisse primaire d’assurance maladie travaillent pour que la maladie soit inscrite dans un tableau de maladie professionnelle.

le burnout est il une maladie professionnelle

Burn out, Travail, épuisement, maladie

J’ai dû à un moment de ma vie, me lancer dans une activité professionnelle rémunératrice complémentaire, un emploi en boulangerie (plus de 40H par semaine de travail avec un service et des horaires irréguliers, travaillant le we…) et délaisser provisoirement ce qui m’animait plus que tout : mes activités professionnelles de formation et de coaching…

J’ étais avec une équipe de jeunes professionnels très dynamiques mais que je sentais sous pression…Je me suis inspirée de leurs conseils. Aussi de leur expérience du travail et quoi qu’ayant deux fois leur âge, je pensais tenir le coup ne connaissant pas réellement la difficulté de ce métier qui était très physique !!

J’étais toujours en mouvement. Debout à porter de lourds paniers, nettoyer le sol, les vitrines, la caisse. Debout à installer les pains et pâtisseries. mais aussi actionner la lourde machine à couper le pain. Cela solliciter mon corps en permanence. Ce travail valait de sacrées séances de musculation !

Le burnout est-il une maladie professionnelle ? Stress, épuisement, manque de reconnaissance par l’employeur

J’ai commencé à perdre du poids, je ne voyais plus les journées passer, je finissais tard, reprenais tôt le matin, je n’avais plus de vie sociale et m’épuisais peu à peu, dans l’incapacité de réagir…L’ambiance au travail était des plus stressantes : pression, manque de respect et de reconnaissance. Donc un tableau peu flatteur de mon emploi et de mon travail.
J’avais perdu 7 kilos, me sentais fatiguée en permanence.  J’avais une bronchite chronique qui ne disparaissait pas. J’avais aussi des palpitations, et la sensation d’être vidée. Un jour, mon médecin, paniqué, a exigé pour ma santé, malgré mon refus, que je prenne un arrêt d’au moins un mois !!…

La première semaine de mon arrêt, je n’ai fait que dormir. La deuxième semaine, j’ai recommencé à me déplacer dans ma maison. La troisième, à marcher à l’extérieur et la quatrième à retrouver une vie normale !!

Moi, la Coach et formatrice en gestion du stress, comment avais-je pu ne pas faire le lien et vivre un burn out ?

Le fait de vouloir y arriver coûte que coûte m’avait coupé de la reconnaissance de mes limites physiques et de mes réelles valeurs ! Quelle leçon pour mon égo !

Le retour au corps qui me pose la question si du bur nout comme une maladie professionnelle.

le burnout est il une maladie professionnelle

Mon corps m’avait donné des signes depuis plusieurs semaines. Les signes étaient des palpitations de plus en plus nombreuses. Une impression de fatigue extrême même après une bonne nuit ou une petite sieste. Un rhume se transformant en bronchite chronique et une toux persistante. Et j’étais dans l’incapacité d’écouter les cris de détresse de mon corps. Je me croyais la plus forte et en oubliais mon corps…

Moi qui par nature était courageuse, enthousiaste, optimiste, je pensais que rien ne pouvait m’arriver ! Et pourtant mon médecin très inquiet pour ma santé, m’a certifié qu’en continuant ainsi, j’aurais pu porter atteinte à l’un de mes organes de manière irréversible !!!
Mais comment aurais-je pu éviter d’en arriver là ?

Le burn out et l’entreprise

L’entreprise et le monde professionnel : salarié, employeur, reconnaissance du syndrome d’épuisement en maladies professionnelles par le monde médical.

Dans l’entreprise ou tout autre lieu professionnel, le salarié dans un marché de l’emploi qui lui est défavorable est très souvent victime du syndrome de burn out par des situations, de travail, exigeantes et du stress. Ce burn out peut être une maladie grave. Par épuisement les risques d’un accident professionnel sont importants, engageants la sécurité de tous.

Les employeurs ou responsables doivent prendre conseil pour évaluer le risque médical du burn out. L’univers professionnel, lieu social, se devant pour ses salariés et ses clients de donner l’assurance du respect de la sécurité. Mais aussi  du droit, et de la santé de chacun. A ce jour il n’existe pas de tableau médical des maladies et pathologies d’épuisement professionnel. Mais en  en 2020 on estime à 2 millions de salariés les victimes du burn out. permis ces 2 millions 17% sont en détresse élevée au travail.

Droit du salarié en cas de maladie professionnelle liée au burn out

Comme je l’ai noté au préalable le CRRMP (comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles) et la CPAM (caisse primaire d’assurance maladie) prennent en compte les risques et le lien de ce syndrome avec des pathologies très sévères. Il y a malgré tout difficulté pour le salarié. cette difficulté c’est établir un lien direct et essentiel de sa maladie avec le travail. Non pas au niveau médical. Mais pour faire valoir son droit, à la prise en charge des indemnités professionnelles, avec son dossier médical de burn out par la caisse d’assurance maladie. De plus face à la maladie, le salarié est trop fatigué pour faire valoir son droit.

Alors quels sont les signes qui annoncent un état de burn out ?

Vous êtes en risque de burn out quand vous :

-n’arrivez plus à répondre à la demande de travail à faire dans le temps qui vous est donné.
-sentez que vos résultats s’éloignent de plus en plus de ceux que vous aimeriez atteindre
-ne vous sentez pas reconnu dans votre travail
-essuyez des critiques et des plaintes constantes au travail
-votre travail ne respecte pas vos valeurs et vous empêche d’exprimer vos talents
-vous ne vous sentez pas reconnu et respecté

et que vous ressentez

une fatigue extrême permanente
-des palpitations
-des rhumes, bronchites etc…qui deviennent persistants
-un affaiblissement du système immunitaire
-des maux de tête
une perte d’énergie, de motivation
-comme une perte d’espoir, d’enthousiasme
-une perte de repères, de valeurs, de sens de la vie

J’ai compris que si j’avais prêté davantage attention à mon corps, j’aurai posé des actes pour me respecter et préserver ma santé! Prise par le rythme de mes journées, j’avais oublié ces petits exercices matinaux qui me connectaient à lui !

Hé, oui, des mois auparavant, chaque matin, je prenais de grandes respirations. Je portais attention à mon corps pour y déceler d’éventuelles tensions. je faisais si nécessaire quelques minutes de relaxation et de méditation. Enfin  je m’étirais et écrivais mes pensées de Gratitude et mes intentions pour la Journée dans un carnet.

Burn out et changement de rythme

Mon changement de rythme m’avait fait mettre ce rituel d’hygiène émotionnelle et corporelle aux oubliettes alors que c’était durant cette période que j’en aurais eu le plus besoin !!!

Comment nous rendre à destination dans un véhicule mal entretenu qui risque la panne d’essence ou le court-circuit à tout instant ?!

Au cours de mon arrêt, j’ai pris l’engagement de reprendre mes exercices matinaux chaque matin et de revenir à la voie professionnelle qui m’animait réellement.

Et quand vous vous engagez, l’univers vous aide : la providence m’a permis de reprendre la voie du Coaching et de la formation à la fin de mon arrêt, dans des conditions exceptionnelles puisque j’ai intégré l’équipe fantastique de Soul in a mind !

Comment prévenir un bur nout ?

soigner son burnout

La meilleure façon de prévenir un bur nout est de mettre en place des pratiques quotidiennes d’observation et d’écoute de son corps avec :

des rituels matinaux de respiration et d’observation de ses tensions
– des exercices de relaxation, d’étirement et de méditation
– la conscientisation de ses besoins profonds et la décision de les combler
– l’écriture d’un calendrier d’intentions
– la pose d’actes permettant le respect de son corps et de ses valeurs (repos, loisirs, changement de direction professionnelle)
– Faire un point de vie complet

Notre corps est notre meilleur allié pour nous éviter les dangers du burnout et nous faire aller dans la bonne direction, celle où nous nous sentons alignés et heureux.

Il peut ainsi nous ramener à l’essentiel, à savoir que la Vie est un Miracle et qu’il est de notre responsabilité de la préserver et de la célébrer.

Soyez heureux ! Soyez vivants !!
Veillez à honorer votre corps chaque jour !

Anne Le piniec

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika et Soul in a Mind. 



 

la voie des soulminders

Technique de méditation anapanasati

Restez dans la boucle des Soulminders

Telegram Mika Denissot

Facebook Twitter Linkedin Youtube Instagram