Idée reçue sur le libre arbitre

Depuis plusieurs années, tu as dû entendre que le libre arbitre n’existait pas. Une manière de t’infuser tout en douceur, l’idée que tu ne peux pas être souverain de ta vie et prendre la responsabilité de tes faits et gestes. 

“NON !  Tu ne décides rien !
NON !  Tu n’as aucun pouvoir sur tes choix de vie !
OUI ! Nous influençons tes actions !”

Et bien, je vais te démontrer que tous ces scientifiques te mentent. Ils ont juste fait en sorte de ne pas dévoiler un détail  important qui prouve que tu as le libre arbitre.

Et cela, DANS TOUTES TES DECISIONS. 

Le libre arbitre vu par les scientifiques

Francis Crick, Prix Nobel de médecine, a écrit dans son livre ”L’hypothèse stupéfiante”, que nos joies, nos peines, nos intentions, nos ambitions, nos souvenirs, le sens que l’on a de notre libre arbitre,  ne sont rien d’autre qu’un comportement d’un vaste assemblage de cellules nerveuses et de molécules qui y sont associées.

En définitive, nous ne serions rien d’autre, qu’un paquet de neurones régis par des phénomènes physico-chimiques venant de nulle part, étant ici par hasard et repartant dans le néant.

Et quand Bouddha enseignait la méditation pour comprendre la nature de l’esprit, il a juste ignoré ce que le Neurobiologiste Jean-Pierre Changeux a écrit dans son livre “L’homme Neuronal”. Il dit que la conscience n’est qu’un phénomène biologique et en déduit que l’homme n’a, dès lors, plus rien à faire avec l’esprit mais qu’il doit être un homme neuronal, conglomérat de protons et d’électrons sans âme, ni conscience. 

Alors au lieu de chanter le mantra om mani padme hum, il va falloir chanter : «  Je suis un paquet de neurones sans libre arbitre et ma vie n’a pas plus de sens qu’une pierre morte… »

Au revoir Bouddha, Om Shanti Shanti Shanti… 

Mais voilà qu’on va faire revenir Bouddha et mettre au placard ces scientifiques qui tentent d’aliéner notre conscience et de nous réduire à un morceau de chair, que je ne mangerais même pas car je suis 100% vegan certifié ! 

L’expérience de Benjamin Libet


En 1983, Benjamin Libet, neurophysiologiste et scientifique, pionnier dans le domaine de la conscience, a mis au point une expérience qui démontre l’existence du libre arbitre.
Ses expériences visaient à déterminer la séquence d’activation des zones spécifiques du cerveau, nécessaire pour déclencher des actions volontaires. Dans l’expérience dont je vais vous parler, en l’occurrence, il s’agissait d’appuyer sur un bouton.

Voilà comment ça se passe :
Un sujet se pose devant un cadran qui est divisée en soixante parties, un peu comme une horloge et sur lequel un point noir tourne très vite.
Il a pour consigne d’appuyer sur un bouton quand il en a envie, et d’indiquer le temps marqué par l’horloge au moment précis où il appuie sur le bouton. 

Pendant ce temps, les scientifiques enregistrent et analysent les événements cérébraux inconscient (appelés potentiels de préparation).
Les analyses et les enregistrements se font à l’aide d’un électroencéphalogramme.

Libre arbitre potentiel preparation
Ce qu’ils ont constaté, c’est qu’un potentiel de préparation commence à une seconde avant l’acte mais le sujet lui, rapporte à chaque fois qu’il a décidé d’appuyer sur le bouton à un moment qui correspond au sommet du potentiel de préparationC’est-à-dire 0,02 seconde avant l’acte.  

Puis l’acte a bien eu lieu, une décharge de potentiel se produit et la courbe passe sous la barre, prouve que le geste a été effectué.

Cette expérience est désormais bien connue en neurologie. Ce qui a donné comme conclusion que nous n’avons absolument pas le libre arbitre sur nos actes et décisions. Car l’expérience révèle le fait que des processus neurologiques inconscients précèdent et provoquent d’une part, l’acte moteur, mais aussi d’autre part la sensation d’avoir pris une décision de notre propre volonté.

Interprétation de l’expérience

experience Libet libre arbitre veto
En interprétant l’expérience de Libet  sans chercher à l’approfondir, les adeptes de la pensée de l’inexistence du libre arbitre se sont bien gardés de dévoiler sa conclusion, qui comporte un détail important.  

Effectivement, les processus cérébraux déterminent les décisions à travers le phénomène de la conscience, qui se font naturellement de manière inconsciente. (Surtout pour les endormis, c’est d’ailleurs ce qui permet la manipulation de masse et ce qui a fait naître les études sur le Nudging pour diriger le choix d’un individu à son insu. Ce n’est pas vous qui l’avez décidé…)

Mais en plus et surtout, c’est que Benjamin Libet a pu démontrer que l’idée de libre arbitre était possible dans sa définition de veto, c’est-à-dire la capacité d’une activité consciente à bloquer ou à annuler un acte déjà engagé. 

En d’autres termes, quand la décision de faire un acte inconscient en ayant la sensation que cela vient bien de votre libre arbitre est engagée, il y a un espace possible où vous allez pouvoir de manière consciente l’arrêter et le modifier.

Dis plus simplement, vous pouvez consciemment modifier ou annuler une action que vous croyez avoir pris consciemment mais qui ne l’était pas. 

Ce blocage est possible, grâce au temps restant des 0,02 seconde avant l’acte. Cette décision consciente dépendrait de ce que Benjamin Libet appelle : « Un état mental conscient ». C’est un état analogue à un champ qui ne correspond à aucun champ physique connu, ni descriptible en termes d’événement physique observable ni d’aucune théorie physique déjà constituée, mais qui existe cependant.
En fait ce champ serait détectable uniquement en termes d’expériences subjectives, accessible seulement à l’individu qui a cette expérience.

C’est en ce sens que les enseignements de Bouddha deviennent précieux, ceux d’être dans l’ici et maintenant  en étant bien présent à toute chose.

Une nouvelle expérience : le libre arbitre et le champ de conscience 

Mais Benjamin Libet va encore plus loin dans ses travaux sur la conscience. Il a découvert que la conscience pouvait remonter le temps donc qu’il était possible d’antidater une perception. 

Pour ça, il a stimulé le bout d’un doigt d’un sujet avec une petite décharge électrique. Il a ensuite mesuré le temps nécessaire pour que le sujet puisse ressentir la piqûre qui est de : 25 millisecondes.

Puis, il a répété l’expérience, non plus en stimulant le doigt, mais directement la zone du cortex. Cette zone reçoit les sensations tactiles en provenance du doigt.

C’est là qu’il a découvert que le sujet ne ressent la piqûre qu’après une décharge qui dure au minimum 500 millisecondes.

Les résultats de ces deux expériences sont surprenants. D’un côté, il semble montrer que dans tous les cas, il nous faut 500 millisecondes pour être conscient de quelque chose. Pourtant en temps normal, nous sommes conscients de cette sensation après 25ms.

Benjamin Libet explique ce phénomène en stipulant que le temps d’élaboration d’une sensation consciente n’est pas de 500ms mais de 475 ms, car il faut 25 ms pour que le signal arrive au cerveau.  

Donc le processus est celui-ci : l’information arrive à la conscience en 25ms et la conscience retourne en arrière dans le temps de 475 ms, afin de faire coïncider la sensation subjective d’être piqué avec l’arrivée à notre cerveau du potentiel évoqué. 

Donc la conception de Benjamin Libet semble être que le saut dans le temps de la conscience, ne se produit pas dans le monde physique, mais dans un monde subjectif, celui du fameux champ de conscience.

Ce qui l’amène à affirmer que la conscience n’est pas totalement immergée dans le champ physique. Ce champ de conscience aurait la propriété de renvoyer en arrière les expériences subjectives  en remontant le temps.

En conclusion

Pour conclure, cette expérience sur le libre arbitre nous indique que nous pourrions trouver durant notre vie, des évènements que nous avons « choisis » tout à fait inconsciemment. J’emploie ici les termes « choisi inconsciemment » de façon consciente, car l’inconscient ne serait en fait qu’une autre conscience à laquelle nous n’avons pas encore accès.

Et je dis aussi tout aussi consciemment « à laquelle nous n’avons pas encore accès », car je suis convaincu que nous vivons à l’heure d’aujourd’hui, pour ceux qui veulent se réveiller, un déploiement particulier de la conscience humaine.

Donc nous vivons durant la majeure partie du temps des évènements que nous choisissons inconsciemment. Et nous avons la possibilité de les refuser en faisant confiance à notre intuition. Cette intuition serait un souvenir d’une expérience antérieure, qui aurait déjà été expérimentée par un « SOI », étant dans le futur.

Alors si tu veux expérimenter une méditation de conscience modifiée, je t’invite à la télécharger via ce lien.

Mais attention ! Avant de cliquer pour la télécharger, demande-toi bien si c’est de ton libre arbitre que tu le fais ou si cela vient de moi. ☺

 

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika Soul in a Mind sur l’art de la maitrise de soi
et de l’émergence spirituelle.



  Quand commencez-vous votre quête ?
la voie des soulmindersReconnectez-vous avec vous-même et ceux qui vous entourentprogramme de meditation gratuite avec mika denissot

Restez dans la boucle des Soulminders

FacebookTwitterInstagramPinterestLinkedin  Youtube