Une réflexion sur l’impermanence et la force qu’elle délivre.

L’impermanence : tout a un début, un milieu et une fin.

Oui, tout apparait et tout disparait. Absolument tout, sans exception.  

Le lama Tibétain Dilgo Kyentse Rempoché dans un ouvrage sur le bouddhisme que je lisais, (dans une édition de poche), écrivait :« la vie est aussi éphémère qu’une goutte d’eau le matin sur la pointe d’une feuille. »
Le lama Tibétain Dilgo Kyentse Rempoché fut l’un des maitres du 14ème Dalaï Lama.  

Le vénérable bouddhiste Ajahn Chah sur la notion d’impermanence, dans sa grande sagesse disait : « Tous les phénomènes du monde apparaissent à notre esprit dans l’instant présent. Mais aucun d’entre eux n’est stable.» (Extrait d’un livre d’entretiens sur le bouddhisme).
Par « phénomènes du monde », il faut comprendre tout ce que l’on voit, tout ce que l’on entend, tout ce que l’on ressent. Leur nature instable fait que ne nous ne pouvons pas compter sur eux .  

Notre sage Bouddhiste Ajahn Chah disait aussi sur l’impermanence : « La plupart des êtres ne prenait pas le temps d’approfondir ce point. » (Extrait d’un livre d’entretiens sur le bouddhisme).

Cette conscience du changement, de l’impermanence, soit du bonheur ou de la souffrance, est omniprésente dans la nature du bouddhisme et dans l’esprit du Dharma (l’enseignement bouddhiste).

Et vous ? Avez-vous déjà pris le temps d’observer ou méditer l’impermanence de la vie autour de vous ?

 La permanence de l’impermanence

Avez-vous déjà pris conscience que lorsque vous respirez, il y a naissance, vie et mort de votre respiration ? Par exemple, vous rencontrez quelqu’un pour un repas. Avez-vous déjà porté votre attention sur le début du repas, le milieu et la fin de celui-ci ?

Lorsque vous faites l’amour, avez-vous déjà pris conscience de l’impermanence ? Il y a une naissance de l’excitation, un milieu avec son paroxysme puis, une mort de cette même excitation ?

Vous pouvez regarder et méditer sur tous les pratiques que vous voulez dans votre existence, tout est impermanence. Le lien avec votre chéri (e), vos enfants, votre corps, une souffrance, une douleur, une joie, une paix… Tout, absolument tout, nait, vit et meurt.

La souffrance et l’énervement des êtres vient justement du fait de l’illusion. Ils pensent que ce qu’ils ont durera. Donc que cela ne s’arrête jamais, ou sera toujours tel qu’ils l’avaient imaginé. De plus, quand les choses s’arrêtent, ils ne comprennent pas pourquoi, ils sont surpris, ils sont en colère.

C’est juste un manque de conscience sur la réalité de notre existence. Et là, en règle générale, le réveil est juste brutal. Ça vous rappelle quelque chose ?

Ajahn Chah notre vénérable bouddhiste plein de sagesse répétait sans cesse à ses disciples « Faites attention ! Ce n’est pas permanent ! « C’est incertain, ce n’est pas sûr » (Extrait d’un livre d’entretiens).

Les lamas Tibétains sur les bases de l’enseignement de Bouddha, pour l’impermanence, font référence au vieillissement du corps. Est-ce que André, Marie et Christophe à 3 mois, 2 ans, 25 ans et 70 ans sont-ils les mêmes individus ?

La permanence est une illusion

impermanence

Ceux qui n’ont pas encore collaboré avec l’impermanence, la naissance et la mort de toute chose en eux, mais aussi autour d’eux, ceux qui ne comprennent pas l’impermanence tombent alors dans la confusion mentale et la détresse. Les changements leur sont sources de souffrances. La peur de l’idée, du concept de l’impermanence, face à la notion de réalité des phénomènes dont la vie est l’auteur.

Comment cela se traduit ? Pour tout ce qui est impermanent, (c’est à dire tout, absolument tout), ces personnes y voient de la permanence. Dans ce qui est incertain, (là encore tout, absolument tout), ils y voient de la certitude.

C’est pourquoi il y a tant de souffrance dans le monde. André, Marie, Christophe courent à la poursuite des choses, du bonheur, pensant qu’ils dureront, seront à eux pour toujours.

En d’autres termes, ils perdent juste leur vie. Et le jour où la mort physique, (mort parmi tant d’autres d’ailleurs) arrivera, ils comprendront qu’ils ont couru après du vent, après de la fumée d’encens.

L’impermanence rend les phénomènes permanents

Comprenez qu’on ne peut pas arrêter la mort. On ne peut pas empêcher la cessation de chaque chose. La plus belle rencontre prendra fin un jour. Votre travail aussi. Vos amis partiront aussi durant cette vie. Après une engueulade, des incompréhensions, à la fin de leur vie ou de la vôtre. La relation avec vos enfants s’arrêtera aussi un jour. Soit durant cette vie venant de vous ou venant d’eux, ou le jour de leur mort physique ou de la vôtre.

Vous pourrez bien sûr dire que vous continuerez la relation avec eux par l’esprit pour vous rassurer, et donner une forme de permanence à cette relation, mais même celle-ci s’arrêtera quand la vieillesse viendra détériorer votre mémoire.

La cessation de chaque chose est comme le reflet de votre ombre avec le soleil. C’est impossible de l’empêcher.

Vous avez beau être riche, ultra riche, pauvre, ultra pauvre, beau, incroyablement beau. Vous ne pourrez pas rivaliser avec la mort de chaque chose ni même avec la vôtre.

Tout est impermanent dans notre existence… sauf une chose.

Oui la seule chose qui est absolument permanente, c’est l’impermanence. La fin de chaque chose est aussi certaine qu’une vague de l’océan s’échoue un jour ou l’autre sur le sable.

Ce qui est fabuleux avec une conscience accrue de l’impermanence, c’est qu’elle nous délivre une force. Car la nature même de l’impermanence, c’est de forcer les choses à recommencer encore et encore.

La mort crée la naissance, qui crée la vie et qui engendre la mort, qui crée une autre naissance. Une autre vie et une autre mort et ainsi de suite….

L’impermanence n’est pas souffrance, c’est la vie

la mréditation anapanasati - mp3 gratuit Quand vous avez imprégné ça dans votre cœur et dans votre esprit, vous commencez alors votre véritable chemin vers l’éveil. Car tout prend une autre couleur, c’est l’apaisement. Rien n’est triste et rien n’est joyeux. Rien n’est difficile ni facile. Rien de dramatique et rien de formidable. Vous vous placez ainsi au-dessus des phénomènes du monde.

Je parlais avec mon fils la semaine dernière. Je lui disais que le meilleur moyen de réussir sa vie n’était pas de se focaliser sur l’argent qu’il allait gagner. Mais de faire les choses avec amour et en pleine conscience. De donner le meilleur de soi dans le moment T. Ici et maintenant. Car ce moment n’existera plus dans quelques minutes.

Ainsi, je lui disais qu’il utiliserait le pouvoir de l’impermanence et que tout deviendra facile et réalisable dans sa vie. Il comprendra alors que rien n’est inaccessible dès qu’on y met son cœur, sa passion et sa volonté.

Alors bien sûr certains diront « oui mais… nous avons besoin d’argent pour vivre ». De plus qu’il est important de se focaliser dessus pour en avoir. Je leur répondrai, comme je lui ai répondu : “Lorsqu’on fait les choses avec passion et amour, sans peur que cela s’arrête, nous avons alors, tout ce dont nous avons besoin et même plus.”

La sagesse du changement en permanence

La raison à cela est simple : en agissant ainsi, nous suivons les lois de l’univers. La source de notre existence et non celles qu’on tente de nous imposer.  Surtout des règles qui d’ailleurs veulent être permanentes dans un monde impermanent…

Rien ne vous perturbe vraiment, lorsque les phénomènes du monde sont vus pour ce qu’ils sont, des substances vides, une illusion. Vous pouvez bien sûr ressentir peine ou joie, vous pouvez ressentir de l’excitation ou colère. Seulement vous saurez qu’elles ne dureront pas. Vous ne serez pas anéantis. Toutes ses émotions seront à leur place et naitront, vivront en vous car vous les accueillerez, puis elles disparaitront.

Ceux qui souffrent sont ceux qui ne veulent pas se détacher de leurs émotions. Ils veulent les rendre permanentes, les mettant alors dans une zone de conflit interne car rien ne peut être permanent.

La pratique de la méditation sur la permanence, vous livre l’impermanence

Méditation de couple - mp3 gratuit

C’est le cas par exemple pour des couples qui se sont séparés. Et l’un des partenaires, 20 ans après en veut toujours à l’autre et vit de la colère. Il a encore de la haine ou rancœur, à chaque fois qu’il pense ou qu’elle pense à son ex. Cet être a cristallisé sur un passé qui n’existe plus. En fait la vie est passée devant elle ou devant lui mais cette personne ne l’a pas vue.

C’est aussi le cas pour la personne qui a rencontré des difficultés à l’école par exemple. Et après dit toute sa vie qu’elle ne peut pas arriver à faire ceci ou cela, car elle n’est pas allée longtemps à l’école. Elle a oublié que même cela ne dure pas. Cette personne a cristallisé sur son passé plutôt que de se concentrer sur le moment présent.

Dans ces deux exemples, si seulement ces personnes avaient suivi les enseignements du vénérable bouddhiste d’Ajahn Chah. Il disait simplement avec sagesse à ses disciples : « Je mourrai et tu mourras : il n’y a rien de plus grand à apprendre dans cette vie. Alors médite chaque jour sur ça car rien d’autre n’existe… ». (Extrait d’un livre d’entretiens)

Eh bien ces personnes auraient simplement eu une autre vie en accord avec ce qui est. Et surtout elles auraient tourné la page de la nature de ces pensées . Elles ne seraient pas restées coincés dans leur mental, prisonnières à jamais du concept de permanence.

Conscientiser l’impermanence et sa compréhension, la naissance mais surtout la mort de chaque chose, chaque jour, nourrit l’assiduité, l’amour, la gratitude, la présence, la foi, la volonté. Permettant surtout de reconnaitre l’absolu et sa clarté dans toute chose. La conscience de l’instant présent, animé en permanence, en un perpétuel changement.

La mort, source de vie de l’impermanence

La mort devrait toujours être l’un des sujets essentiels de l’esprit de vos méditations. Elle l’est pour moi chaque jour sans exception. En pratiquant la méditation anapanasati telle qu’elle est enseignée dans le Visuddhimagga.

Anapanasati élève la confiance en moi et en la vie. Cette méditation me transporte dans les profondeurs de mon âme, dans la mystique de la vie. La méditation anapanasati me propulse dans le présent et me libère de la peur, du doute.

Le jour où j’ai accepté la mort de toute chose, la mienne, les gens que j’aime, les membres de ma famille, avec mes passions, mon travail, toute mon existence est devenue plus légère et beaucoup plus facile, c’est un apaisement.

Cette prise de conscience profonde est comme le surfeur qui prend une vague. Il ne restera que quelques secondes dessus. La vague n’est que pour lui, il sait qu’elle sera unique et qu’aucune autre vague ne sera jamais la même.

Ce qu’il vivra avec la suivante sera toujours tout autre. Ce qu’il a vécu quelques secondes plus tôt n’existera plus jamais. Cependant une fois terminé, il est rempli d’une force incroyable pour pouvoir ramer et remonter au pic. Pour vivre une autre expérience, avec une autre vague, un autre phénomène….

Voilà la puissance de l’impermanence. Elle donne cette force que peu de gens ont…

La compréhension de la permanence du changement

moine bouddhiste impermanence

Lorsque la véritable compréhension de ce qu’est l’impermanence aura commencé à germer dans votre esprit, pour éclore dans votre cœur. Alors vous ne vous laisserez plus emporter par la peur et le doute. Vous ne ferez plus de discrimination entre ce qui est un ami et un ennemi.

Vous ne serez plus pris au piège et enchainé par des activités ou pratiques distrayantes et futiles. Si vous achetez quelque chose, qui coûte 1 ou 100 000 euros, vous ne serez pas plus en joie qu’en peine. Car vous serez centré-e et vous saurez que ces choses dont vous avez besoin aujourd’hui vont aussi disparaitre.

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika et Soul in a Mind. 

    Méditation mensuelle pendant un an - cours en ligne gratuit   la voie des Soulminders - Roman initiatique - Mika Denissot  

Restez dans la boucle des Soulminders

Telegram Mika Denissot

Facebook Twitter Linkedin Youtube Instagram

 

p>Vous saurez que votre joie va s’épuiser comme toutes les joies que vous avez déjà vécues. La même chose pour vos peines. Vous apprécierez alors le moment pour ce qu’il est sans en faire plus que ce qu’il est, vous serez zen.

C’est alors que vos qualités s’épanouiront et que votre âme se déploiera comme jamais auparavant.