Que me disent mes rêves ?

 N’avez-vous jamais entendu vos parents vous dire ces mots alors que vous aviez fait un rêve incroyable ou un cauchemar : « Mais ce n’est rien, c’est dans ta tête, ce n’est qu’un rêve ! »
Seulement, année après année, cette phrase : « Ce n’est qu’un rêve » est devenu une telle évidence que le rêve a disparu de votre vie intérieure sans venir enrichir votre croissance personnelle.

Pourtant, qui d’entre nous n’a jamais ressenti des émotions lors d’un rêve ?
Qui d’entre nous ne s’est jamais réveillé en sursaut, apeuré, ou transpirant en plein milieu d’un rêve ?

Il se passe tout de même quelque chose en moi, qui va au-delà du : « Ce n’est qu’un rêve ». Et c’est ce quelque chose que nous allons explorer ensemble pour que vous puissiez avoir un autre regard sur vos rêves, un autre regard sur vous-même.

Depuis l’âge de 20 ans et jusqu’à l’âge de 32 ans, j’ai répertorié chacun de mes rêves de nuit et une bonne partie de mes rêves de jour (voir l’article : « La méditation comment commencer ? »). Durant ces 12 ans, j’ai analysé mon subconscient, à l’aide de rêves éveillés dirigés ou spontanés, en notant et étudiant mes images oniriques et celles de mon entourage.
En parallèle, j’ai commencé à étudier et ceci jusqu’à ce jour, la symbolique tibétaine du rêveur et les travaux sur l’analyse des rêves de Carl Gustav Jung, maître en la matière.

Avec ces 12 années de pratique, j’ai pu expérimenter le fait de savoir que je rêvais pendant que je dormais, et que je pouvais modifier les comportements des personnages de mon rêve tout en dormant. J’en suis même arrivé, après plusieurs nuits consécutives, à ne plus savoir à mon réveil, si je dormais ou si je rêvais. Cela avait pris tellement d’ampleur que j’ai décidé de prendre du recul en réduisant légèrement la cadence d’analyse.

Depuis, je continue à analyser mes rêves de jour et de nuit, ceux qui ont une certaines résonnance à mon réveil et parfois même ceux de mes amis et relations professionnelles. Ce qui représente, juste en ce qui me concerne, près de 200 rêves par an.
Ma fascination pour la psyché humaine, pour les archétypes, les énergies émotionnelles déployés dans les rêves, m’amène toujours plus loin dans cette recherche infinie concernant les images oniriques, leur imbrication et leur relation avec nos comportements dans notre vie quotidienne.

Aujourd’hui, je voudrais vous proposer une méthode très simple d’auto- analyse qui va vous permettre de pouvoir commencer à entrer en relation avec ce que votre subconscient a besoin de vous exprimer.

Tout d’abord sachez que vous seul, avez la capacité de comprendre vos rêves. Toute tentative d’analyse d’une personne extérieure doit impérativement avoir une résonnance avec vous-même, mais en aucun cas l’interprétation donnée par un autre ne doit être prise au pied de la lettre.

Cette méthode d’étude de la psyché que j’ai mise en place il y a plusieurs années, est un dérivé de la méthode du « Don de l’aigle ». On en retrouve une partie expliquée dans l’article « Le Don de l’aigle » concernant les diverses identités qui agissent quotidiennement à notre insu.  Elle n’est pas expliquée ici, cela prendrait plusieurs mois d’écriture mais elle fait partie d’une des formations de Soul in a Mind (Emergence Spirituelle) et je vous en présente quelques extraits pour aborder le thème que je partage aujourd’hui avec vous.

  1. Préparez votre subconscient

Comme toute pratique analytique psycho-spirituelle, la préparation de votre subconscient est primordiale et facilitera le souvenir de vos rêves.

  • Achetez un cahier et un stylo de rêves qui ne vous serviront que pour cela. Choisissez-les à votre goût afin qu’ils vous donnent envie d’écrire.
  • Votre cahier de rêves et votre stylo de rêves doivent être posés tous les soirs sur votre table de chevet, prêts à être utilisés.
  • Prévoyez une lampe de poche pour ne pas réveiller votre conjoint pendant la nuit. J
  • Avant de dormir, dans votre lit répétez plusieurs fois mentalement qu’à votre réveil vous allez clairement vous souvenir de votre rêve et le noter.
  • Le matin que vous vous en souveniez ou pas, continuez à vous répéter plusieurs fois que vous vous en souviendrez et vous verrez que très rapidement vous ne ferez plus partie de ceux qui disent ne pas se souvenir de leurs rêves.
  1. Notez votre / vos rêves

C’est ici que tout se joue. Nous nous réveillons tous une première fois, très rapidement et nous nous endormons aussitôt après. Habituellement c’est à ce premier réveil que nous avons les souvenirs les plus clairs de nos rêves.

  • Dès que vous ouvrez les yeux, ne cherchez pas à comprendre ou analyser, prenez votre cahier de rêve et écrivez sur la page de droite si vous êtes droitier ou la gauche si vous êtes gaucher, tout ce qui vous reste de votre rêve en écriture spontanée.
  • Ne cherchez pas à comprendre le fil de l’histoire mais écrivez sur le cahier tout ce dont vous vous rappelez : les couleurs, les sons, les mots, les personnages, ce qu’ils font ou ne font pas, leurs ressentis, le paysage, les émotions, etc…
  • Si cela n’a pas de sens à première vue, ne vous arrêtez pas, écrivez ce qui vient simplement.
  • Dès que vous n’avez plus rien à écrire, en fin de page écrivez vos impressions au réveil, puis au début du rêve, donnez-lui un titre.
  • Si vous ne vous souvenez pas de votre rêve, et bien écrivez au moins : « Je ne me souviens pas de mon rêve », vos impressions au réveil et un titre. Par exemple : « Je ne me souviens pas de mon rêve, je me sens perturbé et j’ai envie de me rendormir » puis en titre : « l’oubli ».
  • Dans bien des cas, le simple fait de marquer cela, ramène le rêve à votre conscience.
  • Puis vous avez le choix à ce stade : vous rendormir ou allez faire une méditation matinale.

  1. Le quadrillage

Dans la journée, reprenez votre cahier de rêves puis notez-y la date du rêve et si vous vous en rappelez, l’heure de réveil.

  • Relisez votre rêve et découpez-le en sections. Vous trouverez des séquences ou des scènes qui peuvent être séparées les unes des autres. Mettez des codes couleurs pour chacune d’entre elles.
  • Ensuite surlignez chacun des personnages de votre rêve. Puis faites-en une liste en fin de rêve. Pour chacun d’entre eux, donner 3 adjectifs qualificatifs de la façon dont vous les présenteriez à autrui dans votre état d’esprit du moment :

Exemple :
Maryline : bienveillante, compatissante, rêveuse
Jacques : Râleur, espiègle, radin
Procédez ainsi pour chacun des personnages, ainsi que pour chaque animal.

Exemple :
Chien : protecteur, doux, joueur
Puis surlignez dans une autre couleur les paysage ou lieux spécifiques et notez ce que ces lieux représentent pour vous aujourd’hui.

Exemple :
 Montagnes : stabilité, but à atteindre, difficulté.

  • Faites de mêmes avec les couleurs spécifiques s’il y en a, les musiques, les texte, les symboles ou dessins.
  • N’allez pas chercher les définitions de vos rêves dans les dictionnaires de rêves, ils ne représenteront pas le message de votre subconscient d’aujourd’hui. Certains archétypes principaux ont des résonnances communes comme le soleil, la lune, cependant ils ont aussi vos propres interprétations, et c’est celles-là qui nous intéressent, les vôtres, pas celles qui ont été déjà définies. Cependant s’intéresser aux dictionnaires de symbolique ou à toute forme d’écrits sur les mythes et les symboles, peut se révéler très enrichissant voir même passionnant !! J

Par exemple :
Même si le soleil symbolise pour la plupart d’entre nous, la vie, la chaleur, la lumière, pour certaines personnes en fonction de leur contexte de vie, il pourra aussi symboliser les flammes de l’enfer, ou la colère (pour faire allusion aux éruptions solaires), ou encore la destruction (pour faire allusion à sa force d’assèchement). Comme vous le comprenez, le plus important est VOS interprétations d’AUJOURD’HUI. Car le rêve est en vous et s’est passé aujourd’hui.

Tout ce travail de préparation va énormément vous aider dans votre analyse.

  1. Les actions/inactions : la recherche du sens.
  • Pour chacun des personnages, animaux, notez les actions qu’ils font mais aussi celles qu’ils ne font pas.

 Exemple : Jaques crie sur Marilyne qui tente de l’ignorer. Jacques essaie de se retenir mais c’est plus fort que lui, il n’y arrive pas.

Maryline ne fait pas cas de ses dires et s’envole dans le jardin en passant par les murs.
Définir les actions et inactions des différents acteurs de votre rêve vous permettra de notifier pour chacun d’entre eux, leurs intentions.  En les notant, vous en découvrirez leurs motivations.

A ce stade je vous conseille de prendre une demi-journée à une journée de recul. 

  1. Qui ?

Une fois que vous avez défini pour chacun des personnages les intentions de leurs actions et inactions, vous pouvez découvrir quelle facette de vous-même s’exprime dans votre rêve. C’est cette facette qui, par les images oniriques, adresse un message à votre conscience. Mais comme notre conscience ne parle pas du tout le même langage que notre subconscient il va falloir alors apprendre à le déchiffrer. Pour cela, une seule méthode, celle dite scientifique : noter, analyser, comparer, étudier…
Plus vous allez découvrir votre subconscient, plus vous parviendrez à le comprendre.

  • Identifiez chaque personnage du rêve comme une facette de vous-même. Pour cela reprenez les adjectifs qualificatifs et vous saurez aussitôt laquelle s’exprime :

Exemple : Avec Jacques, c’est votre partie râleuse, espiègle et radine qui s’exprime. Il suffit alors d’analyser ce qu’elle fait et ne fait pas, où elle le fait (les lieux) et les résultats que cela produit.

  • A ce niveau, soyez avant tout sur votre mode intuitif plutôt qu’analytique.
  1. Conseils pour éviter les pièges
  • Si vous sentez une émotion négative comme la peur, la colère, ou au contraire positive, comme l’enthousiasme, la joie, à la relecture de vos écrits, il y a de fortes chances que cela soit en parfaite résonnance avec vous. Nous ne ressentons que ce qui nous traverse. Le reste ne nous atteint pas.
  • Au moment de définir les personnages, ne tentez pas d’éviter les premiers adjectifs qualificatifs qui vous viennent à l’esprit. Ne les rejetez pas, même si cela vous dérange profondément. Plus cela vous bouscule, cela a du sens pour vous. Sinon vous ne ressentiriez rien…. Si vous rejetez toutes les émotions négatives ou ressenties, votre analyse sera alors biaisée dès le départ, donc faussée. Si nous nous laissons manipuler, bercer et endormir par tout un Monde d’illusions le jour, laissons au moins la porte de notre réalité s’entrouvrir la nuit …pour nous « réveiller ». C’est peut-être la plus pure des analyses de vous-même qu’il vous sera possible de faire. Car dans le monde onirique, il n’y a AUCUNE LIMITE. Ce que nous ne retrouverons jamais dans notre monde dit « Réel » qui lui est limité.
  • N’attendez pas plus de 48h pour analyser votre rêve afin d’être encore en contact avec les énergies qu’il diffuse.
  • Lors de l’analyse de vos séquences, placez-vous en observateur. Même si vous savez que c’est de vous qu’il s’agit au final. Restez zen avec vous-même, même si votre rêve comporte des scènes violentes. Vous savez au fond de vous quelles sont vos faiblesses et vos forces. Avec les rêves vous découvrez les facettes de vous-même, « vos Persona » comme dit Jung qui vous permettront d’évoluer vers le meilleur de vous-même.
  • N’hésitez pas à faire des dessins pour agrémenter vos rêves. Quand vous reviendrez dessus ils vous parleront plus rapidement que vos écrits.
  • Vous pouvez faire une liste en fin de cahier ou sur votre ordi, de tous les personnages qui viennent vous voir dans vos rêves et les lier avec vos différentes facettes. Vous pourrez compléter cette liste au fur et à mesure. Vous verrez qu’un même personnage, suivant les années, ne représente pas la même facette de vous-même. Ceci vous évitera de tomber dans le piège de relier automatiquement un personnage à une seule facette. Rappelez-vous que ce qui compte, c’est « ICI est Maintenant ». Un personnage peut avoir une définition aujourd’hui, qui changera demain dans votre subconscient parce que vous aurez vécu une nouvelle relation avec lui.

Exemple : Jacques, représente un aspect râleur, espiègle et radin hier. Puis après quelques semaines, dans l’un de vos rêves, Jacques a un accident de voiture, il a failli mourir. Et il vient vous voir en vous expliquant que cet accident lui a ouvert les yeux sur la façon dont il se comportait avec les personnes autour de lui. Il a compris l’impermanence des choses et que tout pouvait disparaître d’un claquement de doigts. Il vous dit qu’il a décidé de dépenser son argent pour des actions de contribution humanitaire, qu’il ne criera plus car il a compris que ce n’était que la réflexion de ses propres peurs et qu’il mettra la joie et le rire au cœur de ses journées. Il y a de forte chance que Jacques ne soit plus le râleur, espiègle et radin mais le joyeux, le contributeur, le donateur et que ce soit cette nouvelle facette de vous qui s’exprime à travers le nouveau personnage de Jacques.

Un rêve est dans la majeur partie des cas, la réflexion de notre subconscient sur des actions faites dans les dernières 48h de notre vie sauf pour les rêves appelés : « rêves réalité » et certains appelés « prémonitoires » qui représentent un pourcentage infime voir quasi nul.

Pour vous aider, vous pouvez télécharger en PDF mon modèle type de structure d’étude de rêve qui vous permettra de faire vos premiers pas vers la découverte de votre monde onirique.

Je vous souhaite une bonne nuit et …faites de beaux rêves !





Inscrivez-vous au programme de méditation mensuelle GRATUIT avec Mika et reconnectez-vous avec vous-même et ceux qui vous entourent.

Méditationn MensuelleGratuite


Restez dans la boucle des Soulminders

FacebookTwitterInstagramPinterestLinkedin  Youtube

 

Citations en relation à l’article