Cette année votre esprit n’a fait que 3 choses

Qui ne s’est jamais étonné de la complexité de son cerveau, de sa rapidité d’action et de toute sa puissance de calcul, puis de sa capacité de stockage ?
C’est à nous donner le tournis, le vertige…
Et pourtant notre cerveau n’est qu’une grande machine à calculer, enregistrer et stocker, et à récupérer des informations. Rien de plus. Et force est de constater que 2020 a été une année à rude épreuve pour lui. Pour certains, il a chauffé, pour d’autres il a explosé et pour d’autres, il n’y avait rien, le vide total. Au-dessus de notre cerveau et au dedans ou au dehors, il y a notre esprit qui lui prend les commandes. Et parfois, disons même dans la majeure partie des cas pour ceux qui ne font pas attention, il prend les commandes dirigé par des conditionnements extérieurs alors que cela devrait être à nous de tenir les rênes.

Nous vivons notre vie comme si notre cerveau en était le dirigeant

Malgré la puissance astronomique de notre cerveau qui est contenue dans un volume d’environ 1400 cm3, ce qui représente à peu près mes deux mains proches l’une de l’autre, nous avons bien souvent l’impression d’être totalement dépassé par son fonctionnement. Et nous vivons notre vie comme si c’était lui, le pilote. Mais il n’est qu’une machine à calculer, enregistrer et stocker puis récupérer des informations.

Lors de mes séminaires ou interventions, j’aime m’amuser avec mes étudiants à taper ainsi sur ma tête en disant : THE MIND, à chaque fois qu’ils ont des idées illusoires ou qu’ils confondent circonstances et perceptions ou qu’ils se laissent aller à se blâmer, à se sous-estimer et à s’attribuer des adjectifs qualificatifs en désaccord avec leur réelle nature, puis à croire dur comme fer en leurs idées.

L’année 2020 : l’année de toute confusion et de blâme ainsi que de la sous-estimation de soi..

Je pense qu’en termes de confusion entre circonstances et perceptions, qu’en termes de blâme ou de sous-estimation de soi, 2020 est l’année record, non ? Alors vous pouvez vous taper sur la tête et dire THE MIND…
En faisant ce geste, je fais référence au fait que tout ce qui nous vient de notre mental est bien souvent erroné et biaisé puis transformé par nos perceptions et par l’image que l’on a de nous-mêmes, puis par nos dépréciations personnelles ou simplement par nos idées, le flux et reflux du défilement mental sans interruption.
Même lorsque vous regardez une information ou une vidéo comme celle-ci, ce que vous allez en comprendre n’est qu’assujetti à vos interprétations et perceptions de ce que vous avez de la réalité.

Le piège des perceptions

Le piège, c’est que nous préférons écouter notre mental plutôt que de regarder la réalité telle qu’elle est vraiment. Tout comme ceux qui préfèrent boire les informations télévisées plutôt que de rechercher des contre arguments et se faire leur propre opinion.

Mais revenons à notre cerveau ! Alors qu’il calcule entre 10 puissances 13 à 10 puissances 19 instructions par seconde, soit 100 mille milliards à 100 milliards de milliards d’instructions par seconde, et que sa capacité de stockage représente en moyenne un million de méga octets (pour vous faire une idée, cela représente l’enregistrement de toutes les informations d’une télévision allumée 24h/24 pendant 300 ans…), nous nous sentons impuissant vis-à-vis de lui…

Un réel paradoxe

Quel paradoxe ! Nous avons la machine de calcul et de stockage la plus puissante au monde et nous ne savons pas comment l’utiliser ! Il faut dire qu’aucune école publique ne nous apprend à l’utiliser, comme si c’était un aspect de l’existence humaine qu’il ne fallait surtout pas développer. Imaginez juste 8 milliards d’êtres humains qui utilisent leur cerveau au maximum… A votre avis, elle serait comment la vie sur terre ?

Alors, essayons de faire tomber le mythe de notre esprit et reprenons la place qui nous revient en lui assignant la sienne. C’est-à-dire, lui, le véhicule et nous le chauffeur et non l’inverse.
Ceux d’entre vous qui ont déjà pratiqué la méditation d’Anapanasati vont comprendre rapidement de quoi je parle. Pour les autres, je m’explique.

Anapanasati

Anapanasati est l’une des plus anciennes méditations bouddhistes. Il est d’ailleurs dit que le Bouddha fit cette méditation lorsqu’il atteint son éveil. Donc pendant cette méditation, après avoir calmé les membres, la respiration et les organes puis les grattements vient la seconde étape soit celle du calme des objets mentaux : (les idées, perceptions, sensations, les imaginations).
Puis arrive la 3ème étape l’observation de l’esprit : THE MIND, pour tenter de le libérer.

On voit bien dans cette pratique que l’esprit arrive après le mental. Ce sont 2 entités distinctes.
Le mental à ce stade de la méditation a reçu l’ordre d’arrêter gentiment tout calcul inutile et encombrant.

Nous réduisons notre capacité mentale à 3 choses simples. Oui je sais, ce n’est pas beaucoup. Mais vous allez voir qu’il n’y a en fait que ça. Et que durant cette année et toutes les autres aussi d’ailleurs, vous n’avez fait que 3 choses et rien d’autre.
Vous allez vite comprendre ce que THE MIND fait durant toutes vos journées, toute votre vie et la mienne aussi !

Exercice d’écriture

Ecriture fiche exercice

Faisons un exercice rapide pour ça ! Notez tout ce qui vous vient à l’ esprit. Non pas en nommant un nom ou une couleur et une idée ou une sensation… mais en réduisant tout ce qui arrive à votre mental ou venant de lui à 3 simples choses.

Quand vous voyez et entendez puis ressentez, mais encore percevez ou sentez puis goûtez quelque chose, ne nommez plus ce que vous faites en disant : Cette couleur est belle ou ce gâteau n’est pas bon ou mon dos me fait mal ou bien j’ai des frissons agréables dans le bras ou « Oui, ce film n’est pas mal mais sans plus ! »
Ou encore, « je suis énervé par les actes de dictature qu’on nous impose » !
Mais remplacez simplement l’étiquette mentale par : plaisant, déplaisant ou neutre.

Ça donnera quelque chose dans ce genre :
Cette couleur est belle = Cette couleur est plaisante.
Ce gâteau n’est pas bon = Ce gâteau est déplaisant.
Mon dos me fait mal = Mon dos est déplaisant.
J’ai des frissons agréables dans le bras. = J’ai des frissons plaisants.
Ce film n’est pas mal mais sans plus = Ce film est neutre.
Je suis énervé par les actes de dictature qu’on nous impose = déplaisants.
Le virus va tous nous tuer = humoristique
Amusez-vous à faire ça et vous allez découvrir à quel point c’est surprenant. Et je vous conseille ensuite d’y penser pour tout ce que vous faites dans votre quotidien.

Exercice simplifié : L’algorithme de l’esprit

Maintenant, simplifions encore en éliminant toutes les étiquettes et restez juste sur le mode mental ou si vous préférez : l’algorithme de l’esprit.

Cela donnerait ceci : plaisant – plaisant – neutre – déplaisant – plaisant – plaisant – déplaisant – neutre…
A ce stade nous ne nommons plus rien hormis les 3 réactions de l’esprit qui se résument à trier les choses en 3 catégories : plaisante, déplaisante et neutre. Et c’est ainsi que toute cette année, mais aussi toute notre vie, est réduite à ces 3 simples réactions mentales. Et nos actions et choix sont juste subordonnés à ces 3 impulsions.

C’est sûr que la complexité de notre cerveau ou l’idée occidentale que l’on se fait de l’esprit devient tout d’un coup moins brillante…. Notre cerveau va très vite c’est sûr, et en même temps il n’oscille que sur 3 pulsions envoyées par notre mental.
Si vous regardez bien, toutes nos actions et nos choix d’action sont subordonnés à ces 3 instances mentales. Et en fonction de l’étiquette choisie, soit les vôtres : plaisant, déplaisant ou neutre, vont découler les actions et les choix que vous allez mettre en place.

Une façon de pensée différente

Cette découverte n’est pas nouvelle puisque qu’elle est stipulée dans un ouvrage bouddhiste intitulé le Vishudimagga (le chemin de la pureté) et cette compréhension mentale date au minimum de 2500 ans, voire plus. Seulement à tellement nous en mettre chaque jour un peu plus dans notre esprit : informations et surinformations puis confusions, à pousser notre cerveau à stocker et calculer plus vite chaque jour, nous avons perdu l’essentiel : la simplicité de l’esprit et donc la simplicité de la vie.

Pensez différemment et changez votre vision de vous-même, puis changez votre vision du monde et c’est toute votre vie qui sera transformée. Nous sommes tous maîtres de notre destinée et pour cela il suffit juste de reprendre notre place.

Notre esprit, le véhicule et nous le chauffeur et non l’inverse.
Et pour finir, je vous pose une question : comment s’est passée cette année pour vous, en règle générale ?
Plaisante, neutre ou déplaisante ?

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika Soul in a Mind sur l’art de la maitrise de soi et de l’émergence spirituelle



Où en suis-je maintenant ?

 

Faites l’expérience d’Anapanasati

 

Restez dans la boucle des Soulminders

Facebook Twitter Instagram Pinterest Linkedin Youtube