La déshumanisation (histoire d’un complot planétaire)

Avoir un peu de clarté sur soi-même, être en paix avec ses convictions, est à mon sens la meilleure option disponible par rapport à cette contagion délirante dont le monde se sent actuellement prisonnier.

Il est clair que l’on a du mal à s’imaginer que nous sommes au 21ème siècle. Je ne sais pas vous, mais moi, quand j’avais 20 ans, je voyais l’an 2000 comme un futur intelligent et les années 2020 comme un futur lumineux.

Je me suis juste trompé. Nous vivons un chaos sans précèdent. Mais si nous y pensons d’un peu plus près, il est possible de voir que les périodes de paix n’ont toujours été que des moments d’accalmie dans toute l’histoire de l’humanité. Et l’humanité a toujours été aux prises avec des complots contre elle-même.

C’est cela qui est incroyable. Nous sommes notre propre nuisance. C’est dire que nous avons encore du chemin à faire pour éveiller nos consciences vers plus d’amour et de compassion. Mais pourquoi en est-il ainsi ?

La peur d’une classe sociale riche

Tout simplement parce que depuis la nuit des temps, ceux qui détiennent les privilèges au détriment de ceux qui n’en ont pas, je parle des plus riches et des plus pauvres, vivent dans une constante persécution et peur. Oui, les plus riches du monde ont une peur constante. Ils ont peur que ceux qui n’ont aucun privilège, de par le fait qu’ils soient beaucoup plus nombreux en nombre, pourraient un jour se réveiller et reprendre leur pouvoir.

Alors pour maintenir l’ordre et la pression sur les plus démunis, ils organisent des complots et des guerres, créent de la confusion et transmettent la même peur qui les habite à ceux qu’ils exploitent. Je parle ici de milliers de personnes face à des milliards d’autres.

Le plus grand complot est la restriction de notre liberté

Le plus grand complot qui a vu le jour l’année dernière n’est pas celui de la pandémie, non absolument pas, mais celui de la suppression du droit de penser et de s’exprimer librement.

Toute pensée qui n’allait pas dans le sens des complotistes (ceux qui ont les plus grands privilèges), était et continue d’être étiquetée automatiquement de criminelle.
Nous avons vu arriver une liste de mots très fashion en 2020 comme complotiste et conspirationniste qui signifient ceux qui pensent des complots. Et nous avons vu aussi des milliers de personnes être étiquetés de la sorte et jugés de manière directe sans avoir la possibilité de s’exprimer.

Seulement, quand des personnes jugent l’autre de complotiste ou de conspirationniste, elles ne disent pas si ces complots sont vrais ou faux. Car pour pouvoir le faire, il faudrait avoir une discussion philosophique sur la question, un dialogue ouvert qui ne soit pas collé à une pensée unique qui reviendrait à suivre un dogme, ou une dérive sectaire comme c’est le cas actuellement, mais qui permettrait de se confronter à une pensée multiple.

L’importance de la pensée, aujourd’hui devenue criminelle

Oui, penser différemment aujourd’hui est devenu criminel. Nous sommes en plein 1984 de George Orwell. Pourtant la pensée permet de poser des questions sur le réel. Si on nous dit qu’un virus va éradiquer l’espèce humaine, le philosophe lui, prendra son droit d’interroger le réel et d’écouter les pensées opposées et contradictoires.

Depuis plus d’un an nous n’avons plus le droit d’interroger le réel.
Nous n’avons plus le droit de contredire la pensée dominante et pour ce faire, ceux qui décident les lois suppriment nos libertés.
Nos droits, petit à petit, suppriment tout ce qui nous rend humains : les soirées et les rencontres. La possibilité de se touchers puis de se voir et même pour certains, la possibilité d’exercer leur cultes et traditions.

C’est une déshumanisation lente et progressive. Mais il faut bien comprendre que lorsqu’on vous enlève ce qui fait de vous des humains, vous entrez alors dans une détresse sans précédent. C’est pourquoi je m’efforce, je crie de tout mon cœur et le répète sans cesse afin que vos âmes l’entendent, qu’il est important de vous réaligner, de vous respiritualiser.

Vers une dictature…

Il est essentiel de prendre conscience que nous vivons dans un totalitarisme car l’opinion du peuple et son consentement à l’élaboration des lois et modes de vie n’intéressent personne.

L’état aujourd’hui décide pour vous. Il décide pour vos enfants. C’est lui qui décide pour vos soins. Mais c’est également lui qui décide de qui vous pouvez aller voir et quand vous pouvez aller le voir. L’état décide aussi maintenant quand vous pouvez entrer et sortir de chez vous.

Le gouvernement pense pour vous, et je ne sais pas si vous vous en êtes rendu compte, mais petit à petit, l’état s’introduit de plus en plus dans votre intimité.

Comment est-ce possible ?

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Tout d’abord, de tout temps, il y a eu de la manipulation de masse pour les raisons que je vous ai expliquées au début de cette vidéo concernant la peur des dirigeants.

Ensuite, il n’y a aucun homme vertueux et éclairé au pouvoir…enfin presque. Cette prise de conscience doit nous amener toutes et tous à ne plus élire, absolument plus de personnes non vertueuses et s’il n’y en a aucune, alors, à ne plus voter du tout.

Et pour finir, c’est qu’aujourd’hui, pour la 1ère fois dans l’histoire de l’humanité, la manipulation de masse utilise des techniques de propagande très stratégiques, et ceux qui mettent en placent ces stratégies, ont une connaissance du psychisme humain très élaborée.

Faire semblant d’ignorer les sciences de l’esprit, les mépriser, au service de la science moderne, afin que le peuple soit ignorant.
Montrer du doigt des sages et des êtres de lumières tout en les étiquetant de gourou et de personnes dangereuses.

Le plus grand complot du 21ème siècle 

Ignorer les sciences et médecines parallèles aux yeux du grand public pour en silence, étudier très profondément la psyché humaine non pas pour faire évoluer la race humaine, mais pour mieux la contrôler et la manipuler.

Voilà le plus grand complot du 21ème siècle ! Déposséder les peuples de leur accès à l’analyse et à la pensée contradictoire. Les déposséder de leur accès à l’analyse de leurs émotions, puis les déposséder de leur accès à l’observation de leurs pensées.
Mais encore les déposséder de leur accès à l’évolution psychique en leur mettant entre les mains des applications et des objets qui hypnotisent le mental et par voie de cause à effet, leur esprit, empêchant leur âme de se réaliser.
Empêcher les gens de se poser des questions métaphysiques sur la vie humaine, leur propre vie humaine, par le management par la peur.
Faire cela par la manipulation cognitive et la confusion, c’est tout simplement les empêcher d’entrer en communion avec leurs émotions les plus hautes.
C’est aussi les empêcher d’entrer avec leur intuition et avec leur pouvoir psychique.

Ce qui nous humanise et qui devrait être existentiel

Et pourtant cette question métaphysique devrait être au cœur de la vie de 8 milliards d’êtres humains à chaque instant comme :

  • C’est quoi la vie ?
  • Et d’ailleurs que veut dire vivre ?
  • Est-ce que vivre c’est survivre ?
  • En quoi ma vie doit-elle impérativement être liée aux décisions d’autres personnes étrangères à moi ?

Le choix de vie ou de mort sur notre propre personne, le choix de prendre des risques ou pas, est ce qui nous humanise.
Le sacrifice consciemment choisi, pour des faits et gestes que nous avons décidés seul, est ce qui nous humanise.
Ce qui nous humanise, c’est d’apprendre non pas à vivre, mais à mourir.

D’ailleurs ma pratique méditative journalière depuis plus de 30 ans, Ananapasati, n’est qu’une méditation qui apprend à mourir. C’est ce qui me rend pleinement vivant, d’avoir cette conscience quasi permanente de mon impermanence.
Apprendre à se confronter à la maladie et à la mort, puis à la séparation nous humanise.
L’accès à la tendresse, qui je vous rappelle est l’action de pouvoir transmettre son amour le plus profond, principalement par le geste et aussi par les mots, représente ce qui nous humanise.
Et il y a eu une attaque sans précèdent depuis plus d’un an sur la tendresse humaine.

 On ne vit plus, on survit

Ce qui nous humanise, c’est aussi la prise de risques. C’est de vivre une vie avec de nouvelles expériences. Jamais je ne me sens autant vivant que lorsque je suis à 5 m du sol en kite, ou à surfer une vague, ou encore à descendre en rappel une cascade de 100 m.

Quand vous partez dans un pays inconnu, là encore, vous rappelez-vous comme vous vous sentez vivant?
Rendre la vie sacrée, c’est ça aussi, savoir parfois se sacrifier en toute conscience.
C’est-à-dire prendre un risque volontaire sur sa propre vie.

Mais si nous devons éradiquer tous les risques de mort, alors nous n’allons plus travailler. Effectivement  car la voiture et la moto ou les trains sont dangereux. Ne voyageons plus, car l’avion aussi est dangereux. Alors il ne faut plus que l’on se parle les uns les autres car il y a des milliards de maladies qui se transmettent d’homme à homme. Ne fréquentons plus les animaux et supprimons de fait, de manière catégorique, l’alcool, la cigarette mais aussi tout produit toxique.

Vivre, c’est prendre des risques, non ?

Une lutte pour nous permettre de SURVIVRE et non de VIVRE

Pourquoi cette lutte infernale pour repousser la mort alors qu’elle est partie prenante de notre vie du quotidien, de notre respiration ?
Nous commençons à mourir le jour où nous sortons du ventre de notre mère.

Personnellement, je ne vois qu’une seule réponse à cette question : l’ignorance…

La vie est sacrée, car la mort est mystérieuse.

Si nous vivions éternellement dans le même corps pendant 500 ans sur cette terre, nous nous ennuierions à mourir. La vie est sacrée, mais pas la survie. Cette vie est sacrée quand elle est vécue dans son ensemble.

Avec une vie spirituelle qui puisse mener la danse et qui soit partie prenante de 80% de notre temps sans être bridée ou contrôlée. Mais aussi avec notre vie intellectuelle qui soit foisonnante sans être censurée ou commanditée. Puis avec notre vie émotionnelle qui a besoin de s’exprimer chaque jour pour que notre humanisme s’éveille un peu plus à chaque instant.

Nous sommes bien loin de la simple vie biologique qui comme le dit un slam de Grand Cœur Malade : “Tais-toi et bouffe !”

L’union est la force 

Mains grouper couleurs union combattre covid

Ce que nous devons et pouvons faire là, maintenant, et pour les 10, 20, 30 prochaines années à venir, c’est de commencer à nous unir. Mais pour ça, chacun d’entre nous doit d’abord affronter ses propres peurs et ses propres limitations.

Car un changement de paradigme est une révolution spirituelle. Et la 1ère révolution que chacun doit faire est bel et bien, à l’intérieur de soi.

Il n’y a que lorsque vous serez clair avec votre philosophie de vie actuelle et future, que lorsque vous serez clair avec les principes constitutifs du système dans lequel vous vivez, que lorsque vous aurez découvert et touché vos limites, que vous pourrez agir.

Se reprendre en main pour un avenir meilleur

Je vous invite à élargir vos pensées. L’humanité a une histoire, une magnifique histoire. Elle a aussi de grandes figures qui ont marqué l’histoire.

Des héros et des sages, des révolutionnaires et des clairvoyants. Prenez exemple sur eux et identifiez-vous à celui ou celle qui vous porte le plus, pour reprendre en mains vos pensées et votre philosophie de vie, puis vos projections du futur ainsi que votre recherche spirituelle.

Car je le répète, pendant toutes les années où les médias et les états ont méprisé les recherches sur le psychisme en vous faisant croire que c’était de la supercherie, ils se sont formés à ces facultés mentales pendant ce même temps. Ils les ont étudiées profondément pour les utiliser non pas à bon escient comme certains d’entre nous le font, mais à mauvais escient contre le peuple. Car oui, plus vous travaillez sur votre psychisme, plus vous développez des facultés particulières.

En 2020 le champ de pensée collective et individuelle à fortement été restreint : Maladie et mort. Contamination et peur. Je vous invite à rouvrir ce champ à ce qui vous rend humain aux forces divines en vous, à vos qualités psychiques supérieures et à ne jamais le refermer.

C’est ce qui vous rendra vraiment humain. Sinon vous resterez à l’image d’une machine programmable à souhait.
Alors pour conclure, je vous pose une question hautement philosophique :
Jusqu’où êtes-vous prêt à perdre votre humanité ?

 

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika Soul in a Mind sur l’art de la maitrise de soi et de l’émergence spirituelle



Où en suis-je maintenant ?

Faites l’expérience d’Anapanasati

 

Restez dans la boucle des Soulminders

Facebook Twitter Instagram Pinterest Linkedin Youtube