Les pièges de la méditation

Je rencontre souvent des personnes qui se lancent dans la pratique méditative puis abandonnent quelques mois après. Pour d’autres, elles n’arrivent pas à atteindre les effets désirés.

Certains méditants débutants me disent qu’au lieu de trouver le calme, la pratique de la méditation  génère chez eux du stress, de l’incompréhension, ou une image négative d’eux-mêmes et parfois un regard négatif sur les autres.
Alors levons le voile sur une pratique qui se veut apaisante, calmante et voyons vraiment ce qui se cache derrière la pratique de la méditation pour y découvrir ses pièges.

La 1ère fois que j’ai commencé à vraiment méditer, j’avais 17 ans. J’avais fait quelques expérimentations, étant plus jeune suite, à des lectures de T Lobsang Rampa. Mon 1er Livre d’émergence spirituelle, c’était le 3eme Œil.

Pendant 3 ans, jusqu’à l’âge de 20 ans, plus je méditais et moins j’étais en paix avec moi-même et encore moins avec les autres. Il m’a fallu encore plusieurs années pour commencer à trouver ce que vraiment la méditation avait à offrir.

 

J’ai suivi plusieurs longues initiations à la méditation auprès de l’enseignement Shivananda en Inde puis à Dharamasala en suivant les enseignements de pratique du bouddhisme Tibétain. Et ce n’est qu’à l’âge de 30 ans environ que j’ai pu enfin comprendre les pièges mentaux de la pratique de la méditation, que j’avais moi même vécus pendant toutes ces années.

Le 1ere piège, c’est de croire que la méditation va vous transformer et vous rendra rapidement meilleur, plus calme
La méditation ne vous changera pas. Car quand vous méditez vos allez être face à vous même,  face à tout ce qui se passe 24h/24h dans votre esprit à votre insu. Vous allez découvrir vos déviances, vos idées noires, vos doutes, votre impatience, votre goût pour l’action.

Vous allez vouloir calmer votre esprit et c’est tout l’inverse qui va se produire. Vous allez vouloir ne plus penser et vous serez assailli par un flux ininterrompu de pensée, d’idées, d’histoires venant du plus profond de votre mémoire. Vous serez obsédé au début par la durée, vous souffrirez  du manque de confort physique.  Et plus vous vous donnerez des objectifs à atteindre durant votre pratique, moins vous les atteindrez.

Donc le 1er conseil pour pallier ce piège c’est de ne rien attendre de votre pratique méditative. Pour cela, allez méditer comme si vous alliez mourir à vous-même. Imaginez un instant, fermez les yeux et imaginez que vous savez déjà le moment de votre mort et qu’il est imminent. Tout est calme, vous êtes serein, aucune crainte, aucune peur. Vous n’attendez plus rien de la vie, vous n’avez plus rien à prouver ni à vous ni aux autres. C’est cet état mental qu’il vous faut cultiver avant de méditer. C’est un état de joie et de sérénité profonde où le faire, le résultat, l’envie n’ont plus leur place

Le second piège c’est de s’enfermer dans une seule pratique méditative sans en connaître ses propres pièges.

Pour vous donner un exemple laissez-moi vous parler de 3 méditations différentes et de leur pièges respectifs.

Prenons l’exemple de la méditation de la pleine conscience qui a bonne image en Occident et qui est enseignée sous différentes formes. Originellement appelée VIPASSANA, elle consiste juste à noter mentalement tout ce qui vous vient à l’esprit, tout ce que vous entendez, ressentez, voyez, imaginez, sentez. Il y a plusieurs niveaux de Vipassana. Et certains niveaux peuvent être très extrêmes pour des débutants non informés des risques au préalable et auxquels on n’ a pas expliqué comment contrebalancer les mouvements d’esprit durant leur pratique.

La pratique de la Pleine conscience peut vous amener à une hyperactivité mentale, donc générer du stress, des craintes, des peurs. Lors d’une retraite personnelle au Sri Lanka, j’ai pratiqué une forme extrême de Vipassana à noter ainsi durant des journées entières tout ce que je voyais, ressentais, chacun de mes mouvements, les anticipations de mes mouvements. Un soir juste avant de fermer les yeux je me suis retrouvé dans un tourbillon mental avec une vision d’un mandala noir et d’une chute. J’ai aussitôt ouvert les yeux, apeuré. Cela s’est reproduit des dizaines de fois durant la nuit et la journée du lendemain. Et je ne savais pas comment gérer ca. Je suis allé rendre visite à un moine bouddhiste Bhikku Samahita vivant seul à 2000m d’altitude et il m’a dit de contrebalancer avec la méditation sur le calme : Samatha ( ce que je faisais naturellement durant ma pratique journalière mais que j’avais omis de faire en voulant pratiquer uniquement Vipassana ou la Pleine conscience).

Donc le principal piège de Vipassana, c’est l’excitation

Prenons maintenant la méditation sur le calme du mental : Samatha. Elle consiste à se concentrer sur sa respiration en portant son point de concentration sur son ventre qui gonfle et qui se dégonfle au rythme de votre respiration. Là encore, celui qui ne pratique que cette méditation ressentira pratiquement instantanément un calme profond.

Le piège : c’est de tomber en léthargie. De devenir un MOU d’esprit. La méditation ce n’est pas s’endormir ni rêver.
Durant des pratiques intenses de Samatha, il n’est pas rare de voir des méditant s’endormir ou avoir un sursaut de réveil juste avant de tomber.

A ne faire que des méditations sur le calme, votre vie prendra ce même tournant et vous tomberez en léthargie.

Donc, il est facile de comprendre, juste avec ces 2 méditations que l’une ne peut aller sans l’autre.  Si vous voulez pratiquer la méditation sur la Pleine conscience il vous faudra savoir contrebalancer vos mouvements d’excitation mentale, votre envie de faire ou d’arrêter par Samatha pour calmer ce mental et quand votre mental commencera à s’endormir alors il conviendra de le contrebalancer encore en revenant à noter tout ce qui arrive à votre mental.

En agissant ainsi vous ne serez ni trop excité ni trop calme et endormi.

Laissez-moi vous donner un dernier exemple. La méditation sur l’amour. Par exemple dans certaines versions, elle consiste à se remplir d’énergie positive et d’amour, de s’en envoyer personnellement d’abord puis de la distribuer à des êtres qui nous entourent, amis, personnes malade, personnes neutres mais que vous connaissez, personnes que vous aimez et aussi vos ennemis puis ensuite , de rayonner, d’envoyer cette énergie d’amour qui est en vous à chaque être vivant de la planète, humain, animal, végétal puis l’élargir suivant vos capacité à l’univers tout entier.

Le piège de cette méditation à un certain niveau, c’est de penser que “tout le monde il est beau tout  le monde, il est gentil”. Et de vivre comme dans un conte de fée. Elle a aussi un effet visuel qui pourrait être pris pour réel et auquel votre égo pourrait s’accrocher.

La meilleure réponse aux pièges de ces trois types de méditation est de les combiner suivant le mouvement de votre esprit.
Cette combinaison peut se faire jour après jour mais aussi durant votre pratique.

Quand vous démarrez votre méditation par exemple posez- vous cette question : What is in my mind today ? How is my mind today .  Qu’il y  a-t-il dans mon esprit aujourd’hui ? Comment est mon esprit aujourd’hui ?

Si vous êtes en colère, agressif, si vous vous blâmez ou  vous vous jugez, alors méditez sur l’amour, si vous êtes excité, méditez sur le calme, si vous êtes fatigué, mou sans énergie, alors méditez sur la Pleine conscience.

Si pendant votre méditation, votre esprit est en suractivité, calmez-le par Samatha, si vous êtes en colère après vous car vous n’êtes pas au mieux de votre forme ou que vous n’arrivez pas à trouver le calme comme vous le voudriez et bien passez à une forme de méditation sur l’amour. Si vous commencez à vous endormir ou à rêver, passez à la méditation de la Pleine conscience Vipassana.

En oscillant par exemple sur ces 3 piliers vous ne subirez pas les pièges de ces 3 méditations, et vous répondrez calmement mais fermement à vos mouvements mentaux.

Peu importe votre pratique, renseignez- vous d’abord sur les pièges de cette pratique, sur ses déviances et comblez ses pièges pour contrebalancer vos états émotionnels et le jeu de votre esprit. Et si votre enseignant vous dit qu’il n’y a aucun piège, alors changez d’enseignant.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans la pratique de la méditation, j’offre chaque mois gratuitement une séance de méditation guidée en vidéo et en MP3 que vous recevrez dans votre boite mail. Vous pourrez ainsi pratiquer comme bon vous semble pendant un mois. Vous recevrez aussi des clés simples et efficaces pour pouvoir progresser. En plus des séances guidées moi-même et nos coachs répondront à vos questions (toujours gratuitement). C’est notre façon d’ apporter notre contribution au monde. Vous avez le lien qui s’affiche en haut mais vous pouvez aussi nous écrire à support@soulinamind.com pour vous inscrire. C’est gratuit et ça le restera.

Voilà, quoi qu’il en soit,restez ouvert d’esprit durant vos pratiques. Ne cherchez pas à atteindre quoi que ce soit. Acceptez vos mouvements d’esprit tels qu’ils se présentent à vous. Et continuons à apprendre, évoluer et partager ensemble.

Restez dans la boucle. Soyez informé des derniéres vidéos, cours, articles et information de la communaute de Soul in a Mind.







Inscrivez-vous au programme de méditation mensuelle GRATUIT avec Mika et reconnectez-vous avec vous-même et ceux qui vous entourent.

Méditationn MensuelleGratuite


Restez dans la boucle des Soulminders

FacebookTwitterInstagramPinterestLinkedin  Youtube

 

Citations en relation à l’article