Crise sanitaire en 5 leçons

Suite a cette crise sanitaire du covid19, c’est 3 Milliards d’humains qui sont appelés à rester chez eux, et la planète tourne au ralenti
Effectivement, c’est ce qu’annonce une vidéo de Futura science et ce que disent aussi certains économistes.
Par contre,  la vraie question est : qu’est ce qui tourne au ralenti ? La planète ? Jusqu’à preuve du contraire, elle tourne toujours à 1700 km/h. Nos cerveaux ? Ils font toujours mille milliards d’opérations par seconde.
Les capacités humaines à s’entraider, créer, innover, partager, aimer… Malheureusement cela ne fait pas partie des chiffres et des statistiques et ça a l’air d’augmenter.
Mais alors qu’est ce qui tourne au ralenti ? L’économie. Oui, voilà ce qui tourne au ralenti… l’économie.

L’économie tourne au ralentie sous couvert d’une crise sanitaire

flèche courbe descendante covid 19

Mais c’est quoi, l’économie ? En quoi est-elle si importante ? En quoi l’économie est-elle plus importante que la vie, que la liberté, que le vivant, que la terre ?

Le Larousse décrit l’économie ainsi : ensemble des activités collectives humaines relatives à
la production, à la distribution et à la consommation des richesses. Voilà donc ce qui est le plus important au monde !

Alors quand Emmanuel Macron dit : « Nous sommes en guerre ! », il veut dire, à cause de cette crise sanitaire nous sommes en guerre contre, non pas ce qui affecte ou ce qui tue les malades infectés par le coronavirus, 663 740 cas à l’heure où je fais cette vidéo et 30 879 morts, mais contre toute action, maladie ou virus qui irait à l’encontre de l’économie. En d’autres termes, si il y a d’autres choses dans notre vie qui tuent plus que le corona virus mais qui ne portent pas préjudice à notre économie, alors tout va bien.

Un exemple très simple : la cigarette qui tue 16 438 personnes par jour, contribue à l’économie, donc c’est ok ! Nous n’avons pas besoin de sauver le vivant dans ce cas car les morts de l’abus de tabac, contribuent à faire vivre l’économie. Nous devons sauver l’économie à tout prix. Voilà ce que dit Emmanuel Macron
dans ces 4 mots : On est  en guerre pour sauver l’économie …

Mais nous a-t-il demandé quelque chose, à nous? Nous a-t-il demandé notre avis ? Quand il
dit « Actuellement, nous sommes en guerre », il nous inclue aussi dans son discours. Êtes-vous en guerre vous, pour sauver l’économie ? Etes-vous en guerre pour sauver les banques, les grosses
entreprises ? Etes-vous en guerre sous couvert de cette crise sanitaire pour sauver le système financier ?

Et la famine, La crise sanitaire par excellence, on en parle ?

Enfant qui tendents leurs mains à travers une vitre

Le G20 s’est réuni en express, à distance, pour éviter un effondrement économique, bien sûr
, sous couvert de cela, on met en cause les cas et les décès de cette crise sanitaire du covid19.
On parle de 30 879 morts en 3 mois dus au corona et la courbe des décès pourrait devenir
exponentielle.

Je suis triste et en colère de voir qu’aucun gouvernement au monde n’a pris de dispositions
comme celles d’aujourd’hui pour éviter la mort des 15 000 enfants qui meurent de faim par
jour en 2020, soit 1 enfant toutes les 5 secondes d’après les Chiffres de l’UNICEF et de
l’OMS.

Le nombre de morts du coronavirus en plus de 3 mois, que je déplore et qui m’attriste, représente
2 jours de décès journaliers d’enfants dans le monde qui meurent de faim. Quelle est la vraie crise sanitaire ? Et pendant ce
temps la FED et la BCE sortent des fonds à n’en plus finir pour soutenir l’économie.
Au tout début, quand la BCE a décidé d’envoyer dans le système 1 milliard 500 milles euros
de liquidité journalière, j’ai aussitôt pris ma calculatrice.

Ici, à Bali, on peut manger un plat décent avec un jus d’orange pour 1 euro. Alors imaginons
3 euros par jour par enfant pour les nourrir. Avec la même somme que la BCE a injecté
journellement en liquidité, cela représente 500 000 000 de repas.
Pour nourrir ses 15 000 enfants pendant un an il faudrait donc dépenser 16 425 000 euros. En
gros avec juste ce jet journalier de 1 milliard 500 milles euros, ces 15 000 enfants pourraient
manger à leur faim pendant 91 ans. Je vous laisse faire le calcul par vous-même. Et là je ne
parle que de la BCE et que pour une seule journée…

Ce qui est interpellant :

A votre avis, il nous faudrait combien de mois ou d’années pour atteindre les 15 000 morts
par jour du covid19 ? Pour être dans le rang des enfants qui meurent de faim ?
D’après ce graphisme de Worldometers, vu l’exponentielle de morts par jour, nous aurons un
peu plus du double en une semaine pour passer de 1629 morts à 3517 morts / jour donc cela
devrait vite arriver. Prenez en considération que ces chiffres datent du jour où j’ai tourné écrit cet article, donc du 29 Mars.  De ce fait, il est évident que si vous ne lisez pas cet article au moment où je la tourne, les chiffres ne seront absolument plus les mêmes.

Pourtant ma question reste la même:

  •  Pourquoi avant la pandémie et cette crise sanitaire, aucun gouvernement au monde n’a décidé d’arrêter sa machine pour sauver ces 15 000 enfants chaque jour, soit 3 millions par an ?
  • Est-ce que ces enfants ont un impact direct sur l’économie ?
  • Sont-ils vraiment nécessaires au monde capitaliste ?
  • Vont-ils rapporter des bénéfices au système ?
  • Vous connaissez la réponse tout autant que moi, non ?

Alors oui, nous sommes tous pris au piège dans cette grande matrice dans laquelle nous
sommes nés un matin en prenant une grande bouffé d’air. Et nous allons tous en sortir en
expirant cette même bouffée d’air.

Mais la question est :

  •  qu’allons-nous faire entre cette inspiration et cette expiration ?
  • Chaque crise sanitaire doit nous apprendre quelque chose, doit nous faire grandir, nous faire évoluer.
    C’est-à-dire devenir meilleur n’est-ce pas ?

Grâce à cette crise sanitaire, en sortir meilleur

Empoule allumé et atteint

Que veut dire meilleure?

  •    Meilleurs dans nos facultés intellectuelles et spirituelles pour développer un peu plus chaque
    jour les 90% de notre cerveau dont nous ne connaissons toujours pas les possibles ?
  • Meilleurs dans nos facultés d’adaptation à notre environnement naturel afin de comprendre la fragilité des écosystèmes de la planète dont nous faisons partie et d’agir pour mieux respecter le vivant : les végétaux, les minéraux et tous les autres animaux ?
  • Mieux dans nos actions pour qu’elles ne soient plus dirigées par la haine, la colère, la cupidité, la jalousie mais par l’amour, le don de soi, l’entraide, le partage ?
  • Est ce qu’il faut que l’on soit meilleurs dans l’utilisation de notre temps de vie ?
  • Meilleurs dans la compréhension du sens de la vie, souvent inexistant pour beaucoup d’entre nous et de la mort, mort rejetée et incomprise par la plupart des occidentaux ?
  • Utiliser des ressources naturelles que nous offre la planète de meilleure façon,  afin de passer du monde destructeur au monde régulateur en arrêtant de prélever des terres rares et minerais à tout va, en croyant qu’on en aura toujours et de manière indéfinie?
  • Meilleurs dans le respect de la vie de tous les êtres vivants y compris et surtout tous les non humains, vous savez les cadavres qui finissent dans les assiettes sur les tables des déjeuners t des dîners de leurs soit disant amis, les humains ? Car cela reste aussi des vies qui sont prises.
  • Procéder d’une meilleure façon  dans le partage équitable des richesses pour permettre à tout le monde d’avoir une vie décente, c’est-à-dire ne pas avoir à se la payer, ou à la subir mais à la vivre ?

Une autre définition du ” meilleure “

Ou est-ce que être meilleur veut dire : meilleurs dans la production, dans la consommation,
meilleur PIB, meilleur taux directeur, meilleur chiffre d’affaire, meilleur bénéfice, meilleurs
dans l’exploitation à tout va des ressources de la terre, meilleurs dans l’exploitation humaine
au profit d’une certaine élite qui s’amuse aux échecs avec nos vies.
Meilleurs dans l’élevage des animaux pour réduire leur temps de vie afin de produire de la
viande plus rapidement et faire plus de profit.

La questions que je vous pose, là maintenant, de manière individuelle est : TOI QUI ME
REGARDE, QUI M’ECOUTE, QUI ME LIS, TU VEUX DEVENIR MEILLEUR COMMENT ?
Car oui, c’est cela, la question primordiale !

Ce que nous apprend cette crise sanitaire nommer par l’OMS de pandémie

enfant qui lit un livre

Alors essayons de regarder ce que nous apprend cette pandémie, cette crise sanitaire, sur nous les Humains
incroyablement intelligents, incroyablement supérieurs à tous les autres animaux,
incroyablement surpuissants et maîtres de cette planète :

Leçon 1 : L’idiosyncrasie

Homme tête empoule

Quand un phénomène arrive, il ne devient réel que lorsque nous y portons attention, (si vous
voulez en savoir plus à ce sujet, allez voir la vidéo sur le secret de la respiration). De ce fait si
je vous dis qu’une météorite va arriver dans 5 ans, vous allez dire : it’s OK et continuer à
vivre « as usuels ». Mais si je vous dis : lève les yeux, regarde une météorite nous tombe
dessus… alors là, vous allez vite courir…Je ne sais pas où, mais courir !

Il existe 10% des gens qui ne se confondent pas à la masse et ne partage pas
systématiquement l’opinion générale. Ce n’est pas parce que tout le monde dit A qu’ils
approuveront. Ce type de personne cherche par elle-même, anticipe, prend des risques,
s’engage au risque de se sentir idiot, d’être agressée, d’être moquée, jugée ou montrée du
doigt. Cependant nous voyons toutes les choses aux travers nos propres filtres cognitifs et ça, c’est
particulier à chaque individu, c’est ce qui nous amène à avoir des types de réaction et de
comportement qui nous sont propres. C’est ça, l’Idiosyncrasie.

Pour faire simple, il n’y a pas une seule expérience au monde, que nous expérimentons de la
même manière et ce, même si nous la vivons tous au même moment et collectivement.
Cela fonctionnera toujours ainsi mais s’affaiblira suivant les valeurs internes et profondes de
chaque individu. Je parle ici de valeurs spirituelles profondes.

En résumé :

En d’autres termes, moins vos valeurs et le sens de votre vie sont précisément définis et plus
vous allez suivre la masse groupe et les ordres venant d’une autorité supérieure à laquelle
vous allez donner votre accord consciemment ou inconsciemment. En revanche, plus vos
valeurs sont profondes et le sens de votre de vie sont précis et plus vous allez suivre ces
valeurs et les intuitions qui en découleront. Donc, moins vous suivrez les ordres venant d’une
autorité supérieure à laquelle vous auriez pu donner votre accord.

Cela vous placera ainsi dans les 10% de ces personnes que l’on nommera dangereuses. Mais
là encore, la personne est dangereuse pour qui ? La réponse qui devient simple et évidente au
regard des choix stratégiques mis en place : pour la société qui veut préserver son économie
au profit du vivant.

Pour votre remise en question :

Alors je vous pose ces questions : Quelles sont vos valeurs les plus profondes ? Vos valeurs
spirituelles les plus profondes ? Quel est le sens de votre vie ? Etes-vous ok pour suivre
toutes les instructions venant d’une autorité dite supérieure ?

Ce sont des questions d’ordre philosophique auxquelles vous devez absolument répondre
pour pouvoir envisager la suite des divers scénarios qui pourront se présenter à nous, durant
les prochains mois et les prochaines années. Car soit vous allez devoir suivre et accepter, soit vous allez devoir refuser ou déjouer.

Leçon 2 : La liberté conditionnelle

mur avec trou au millieu

Dans un monde libre, nous sommes nés.  Nous avons les droits de l’homme. La liberté de nos mouvement, de nos idée et de notre expréssion est présente. Nous sommes  libres de choisir notre devenir, n’est-ce pas ?
Mais est-ce vrai ? Est-ce que c’est vrai ?
N’y aurait-il pas dans notre vie des choses qui viendraient totalement contredire cette
croyance en notre liberté ?

Laissez-moi vous poser des questions et je vous laisse y répondre:

  • Avons-nous le droit de choisir une éducation hors du système dans lequel nous sommes nés,
    dès notre plus jeune âge ou de refuser catégoriquement le système éducatif imposé pour
    laisser libre cours à notre réelle nature et notre talent inné ?
  • Avons-nous le droit de ne pas avoir de nationalité et de nous déclarer simplement « Êtres
    humains, terriens provisoires » ?
  • Pouvons-nous vraiment vivre sans papier ni argent ou devons-nous absolument être étiquetés
    et suivre le mouvement capitaliste qui, au passage, est la seule religion actuelle du monde à
    laquelle nous avons tous donné notre accord?  Vous ne me croyez pas ?

Prenez deux êtres totalement inconnus l’un et l’autre de deux religions antagonistes et
demandez-leur de se mettre autour d’une table en paix, en parlant de leur religion respective,
de leur dieu respectif et d’avoir une discussion constructive. Et observez…
Prenez ces mêmes personnes et faite leur faire un bon deal, gagnant-gagnant, une bonne
négociation ou chacun pourra gagner suffisamment d’argent et là encore, observez…
Pendant quelques instants, ils ne seront plus juifs, catholiques, musulmans, indous, ou
bouddhistes mais capitalistes.

Mais revenons aux questions de liberté.

Revenons à votre banque aujourd’hui et lui demander de retirer votre argent et dite lui que c’est a cause de la crise sanitaire du COVID19. Et écoutez la réponse de votre responsable d’agence. Faites-le juste pour vous amuser, juste pour entendre la réponse et mettez-là dans les commentaires.

Et aujourd’hui, durant cette crise sanitaire qu’avez-vous le droit de faire et de ne pas faire ? Avez-vous déjà écrit cette
liste en entier ? Si non, je vous invite à le faire pendant ce temps de confinement pendant
lequel vous êtes libre de faire tout ce que vous voulez tant que vous le faites chez vous.

Une liberté limité

ferrails et lumière

Notre liberté s’inscrit uniquement dans les limites des règles imposées par d’autres. Au même
titre que lorsque vous allez dans un restaurant vous avez le droit de choisir TOUT ce que
vous voulez manger à condition que ce soit dans la limite du menu que l’on vous propose.

Henry Ford, l’avait d’ailleurs bien signalé à l’époque alors qu’il laissait la possibilité à tout
acheteur d’une Ford T, de choisir la couleur de sa voiture à condition qu’elle soit noire.
Un regard très précis nous indique juste que lorsqu’un individu n’a jamais essayé tous les
plats du menu alors il va en commander d’autres. Mais une fois qu’il aura tout goûté, il se
rendra compte qu’il ne peut pas manger tout ce qu’il veut.

Il en est de même avec l’illusion de notre liberté face à un système en place. Tous ceux qui ne savent pas qu’ils sont dans un aquarium, vivent tels de jolis poissons japonais en croyant que le monde, la vie, la liberté c’est cet aquarium qui est en fait, une prison pour chacun d’entre eux. . Pour la plupart des individus, l’aquarium, c’est croire que la liberté, c’est d’avoir, que la liberté, c’est de posséder…

En guise d’exemple :

  •  Courir pour gagner quelques fonds puis les dépenser et courir encore, puis les dépenser
    encore et encore et encore.
  • Courir pour acheter des objets, des biens… et quand tout s’arrête alors que reste-t-il de ces biens, de cet argent ?
  • Concernant nos idées, nous avons la liberté d’expression, c’est vrai. Mais là encore, elle est
    limitée au menu du restaurant.
  • Sommes-nous vraiment libres de dire tout ce que nous pensons ? Par exemple, j’ai vu encore une fois, une de mes dernières Vidéos supprimées alors que je dénonçais un système économique malveillant, elle avait plus de 300 000 vues et elle parlait de l’enfumage médiatique et de la crise économique majeure que nous vivons actuellement avant même qu’elle ne se produise. Boom, supprimée !
  • Nos mails sont aussi contrôlés aujourd’hui. J’ai un système d’emailing qui me l’annonce chaque jour depuis déjà une semaine. Tout mail lié au Covid19, à la pandémie, à la crise sanitaire sera analysé. Ma question est par qui ? Par quoi ? Pourquoi ? Et pour quoi ?
  • Vous croyez pouvoir avoir accès comme vous voulez à internet ? Oui tant que ceux qui en ont la clé vous y autorisent. Ici, à Bali, on nous coupe l’accès au web totalement pendant 24h pour le jour du silence et c’est vraiment merveilleux. Cependant, cela indique aussi avec quelle facilité les informations peuvent être triées, filtrées, supprimées ou l’accès aux réseaux supprimé, si nécessaire.

Repenser à la vrai définition du mot ” liberté”

Alors attention, je ne suis pas en train de critiquer la technologie ou le système je vous invite
juste à vous placer un peu plus haut sur la colline, à regarder dans quoi nous vivons et
repenser le terme du mot liberté, de votre liberté.

D’ailleurs, je vous invite à écouter les vidéos ou lire les livres de Jordan Peterson, Dr en psychologie, professeur à Harvard puis à l’université de Toronto qui est un des penseurs actuels les plus influents. Il explique de manière admirable comment le chaos est la liberté, l’effroyable liberté qui fait si peur aux individus car c’est un territoire inconnu.

Différence entre ordre et liberté

L’ordre est un lieu connu. C’est la hiérarchie, la structure sociale. L’odre représente le drapeau de son pays, sa religion, son président, ses règles, ses lois. Ceci s’illustre par le fait de manger avec les couteaux à gauche et la fourchette à droite ou vice versa suivant sa coutume. Nous pouvons représenter l’ordre par  notre emploi du temps de la journée, la valeur de sa monnaie. L’ordre, c’est quand tout se déroule comme prévu. Lorsqu’il y a une réponse à tout, comme la justice des hommes.

La liberté, c’est le chaos. Le chaos, c’est le domaine de l’ignorance, un territoire
inexploré. Le chaos, c’est ce qui s’étend à l’infini, sans aucune limite. C’est aussi l’étranger,
l’inconnu, c’est le bruissement des buissons la nuit en forêt. Le chaos, c’est la voix intuitive
qui vous dit d’aller à droite plutôt qu’à gauche et que personne n’écoute. Le Chaos, c’est
sortir de sa zone de confort, le chaos, c’est aller voir une parfaite inconnue et juste lui offrir
un sourire en lui disant combien elle est belle et c’est tout. Le chaos, c’est oser dire ce que
vous avez à dire même si vous êtes tout seul à croire ce que vous dites.
L’ordre, c’est la certitude alors que le chaos, c’est l’incertitude.
Repensez votre liberté…

Leçon 3 : La nature humaine

Femme de dos face à la montagne

Ce que nous pouvons remarquer :

  •   Avez-vous remarqué depuis le début de cette crise sanitaire, comment tous les combats en cours se sont dissipés ? Gilets jaunes,
    grèves, manifestations à Hong kong et dans le reste du monde ?
  • Avez-vous remarqué,
  • depuis le début de cette crise sanitaire, cet élan de solidarité du peuple vis-à-vis de son gouvernement ?
    C’est bien cela la force de la nature humaine.

Nous sommes capables d’arrêter toutes nos guéguerres quand nos propres vies sont en danger
immédiat. Nous sommes capables même d’aller aider notre ennemi d’hier, le même sur lequel nous tapions, pour marcher à ses côtés si nos vies et celles de nos semblables sont en danger
immédiat. Plus rien n’a d’importance aujourd’hui.

Ce qui ne fait pas le poids :

  •  Qu’est-ce que ne gagner que 800 euros par mois et ne pas pouvoir finir ses fins de mois
    contre des milliers de morts par jour dont peut être moi et ma famille demain ? Ca ne fait pas le poids.
  • Qu’est-ce que manifester pour des conditions de travail dans les hôpitaux ou les écoles pour
    un salaire de misère dans des conditions inacceptables contre un risque imminent de fin de
    vie pour moi et mes amis ? Ca ne fait pas le poids.

Non plus rien ne fait le poids. Ma petite vie, mon salaire, mes problèmes du quotidien, mes
crédits…pshhhit envolés, dissipés. Là, seul chez moi, confiné, à attendre… attendre quoi
d’ailleurs ?

  •  Que demain redevienne comme hier, comme avant cette crise sanitaire, pour encore retourner dans les rues en
    attendant la prochaine pandémie ou la prochaine crise financière, ou crise économique, ou
    crise sociétale ou crise systémique ?
  • Confiné à attendre que le feu passe au vert pour de nouveau, courir à fond les yeux fermés,
    consommer plus, travailler plus, produire plus, détruire plus, tuer plus.
    Oui, attendre quoi ?

Alors en attendant, comme je ne peux plus dépenser mon argent, comme je ne peux plus
voyager, comme je ne peux plus aller voir mes amis, comme je ne peux plus profiter de la
nature, comme je ne peux plus faire grand-chose et que tout ce sur quoi j’avais construit ma
vie vient de s’effondrer depuis quelque semaines, il me reste quoi ?

Prendre du temps pour soi

femme regardant par la fenêtre

Alors je me regarde dans un miroir et je redécouvre que je suis un être humain et je me pose
ces questions incroyables ? Qui suis-je ? Qu’est-ce que je fais sur terre ? Quel est le sens de
ma vie, que signifie ma mort ?

En fait ce sont des questions très simples que nous devrions tous nous poser absolument
chaque jour. Ce sont ces questions primordiales qui devraient nous être posées, les premiers
jours d’école.
Je remercie le Grand Manitou de me les avoir mis dans mon cerveau dès l’âge de 13 ans et de m’avoir inondé chaque jour avec jusqu’à aujourd’hui.

Et quand on se pose ces questions, il peut se produire 3 choses :

  •   Soit  je continue à ne pas vouloir y penser car en fait je ne me suis jamais arrêté, car l’arrêt me fait peur, peur de me retrouver en face de moi alors, je me lève, déjeune, file au travail ou à l’école, rentre, fait un peu de sport, histoire de dire que je vais bien. Je rentre chez moi, mange dors et recommence
    et je vais m’abrutir du matin au soir par la télé, les infos, les jeux pour combler ma peur de ne rien faire et d’être confronté à ces questions qui m’envahissent et qui m’effraient.
  • Ou alors,  je refuse de m’abrutir car j’ai compris que cela ne servait plus à rien de passer chaque
    jour devant mon écran, mais ne pouvant pas me prendre en main, je décidé d’aider comme je le peux, ainsi je commencerai à répondre à cette question du sens. Mais mon aide est
    dispensée juste le temps du confinement, en attendant que je puisse recommencer as usual,
    comme avant.
  • Sinon , je prends cet arrêt de crise sanitaire du COVID19 comme une retraite méditative, comme j’en donne moi-même ici a
    Bali, (la dernière a fini d’ailleurs juste une semaine avant le confinement en France) et donc
    j’utilise ce temps pour faire un point sur ma vie mais surtout pour savoir ce que je veux pour
    les années qu’il me reste à vivre et encore plus, être bien clair sur ce que je ne veux pas et ne
    veux plus.

Quelle est notre vrai nature ?

  •  Est ce que nous sommes vraiment de nature à nous abrutir du matin au soir, par des idioties télévisées, des infos baissant nos énergies au plus bas, des films ou des séries qui n’en finissent jamais, comme si la permanence faisait partie de ce monde ? Comme si tout durait toujours ?
  • Sommes-nous vraiment de nature à nous entretuer, nous voler, à user de l’autre, à nous
    manipuler mutuellement pour être le premier ?
  • Est-il de notre vrai nature de travailler  8-12-14h par jour pour gagner de l’argent que d’autres fabriquent en un claquement de doigts sous nos yeux aujourd’hui ?

Ce qu’il nous dérange… ou pas :

  • D’ailleurs, ça ne vous dérange pas vous, de voir comment des dettes d’entreprise sous couvert d’une crise sanitaire exceptionnelle sont effacées en quelques secondes par le bon vouloir de certains et que vos crédits eux, quoi qu’il
    arrive devront continuer à être remboursés ?
  • Ca ne vous dérange pas, vous, que pour obtenir 100 euros d’augmentation sur un salaire déjà minable, il faille se battre plusieurs mois dans la rue et que pour les entreprises qui pèsent des milliards, dès qu’il y a un trou, on les engraisse par injection en liquide à tout va encore sous couvert de la crise sanitaire, sans que les dirigeants n’aillent mettre le nez dehors ? Non, apparemment cela ne dérange personne. C’est normal.
  • N’y aurait-il pas une invitation à revenir à l’essence de notre nature humaine par cet arrêt économique et ce confinement ?
  • Se retrouver nous, humains, non pas pour attendre qu’on nous donne l’ordre de recommencer, ce qu’on nous impose sous forme de liberté illusoire, mais pour nous reconstruire en dépit des décisions des génies incompétents qui gouvernent le monde dans lequel nous sommes attachés ?

Des génies incompétents

Smylet content et smylet pas content

Pourquoi génies?

  •  Je dis Génies car il faut être ingénieux pour contrôler 6,7 Milliards d’humains et leur faire
    suivre un système qui ne contribue pas à leur bonheur. Oui, j’ai dit 6,7 Milliards car vous
    n’avez pas oublié qu’il y a les 10%, qui eux ne donneront toujours pas leur accord.

Pourquoi incompétent ?

  •   Incompétents, car il suffit de voir comment un organisme de quelques microns peut « foutre le bordel » dans l’esprit, le mental, le corps et les créations humaines et faire exploser un système en milles morceaux au point de faire trembler les 7,5Milliards d’humains.
    A oui au fait, comment vont vos chiens, vos chats, vos cochons d’inde, vos oies ? Comment
    vont les oiseaux, les abeilles, les ours, les vaches ? Est-ce qu’ils sont aussi en confinement ou
    est-ce que ce n’est que les animaux humains qui sont touchés ?

Tableau de deux natures humaines:

D’habitude quand quelque chose nous touche directement, on se pose la question : mais
pourquoi cela m’arrive-t-il ? Quand quelque chose bloque un projet, certains diront ça doit
être un signe de ne pas aller dans cette direction. Là j’y vois un grand signe destiné
uniquement aux humains, qui nous dit : faites attention, arrêtez vos projets et changez de
direction. Changez de direction sur la Vaccination, la 5G, la surdéforestation, la surconsommation, la suproduction, la surpopulation, la surinformation. Là, on nous dit STOP à nous, humains uniquement et à rien ni personne d’autre.

Alors que quand je vois ce que certaines personnes peuvent faire avec le cœur, pour apporter
leur soutien à des êtres en demande, quand je vois ces personnes qui nous ont rejoint par
exemple pour la chaine d’entraide.tv pour faire sortir justement ces individus de la matrice et
leur permettre de penser par eux-mêmes, quand je vois ces personnes qui sur le terrain dans
les hôpitaux, donnent de leur vie pour soigner des mourants, je ne peux que me dire que ces
soignants et aides-soignants et médecins devraient recevoir tous individuellement ces milliards d’euros que la BCE et la FED créent chaque jour, ils devraient recevoir les combinaisons les plus perfectionnées des corps armés. Des milliards devraient être dépensés là maintenant pour construire des hôpitaux et des protections dignes de ce nom pour eux.

Mais non, le G20 se réunit en urgence pour savoir comment ne pas faire en sorte que
l’économie s’effondre… donc je traduis pour ceux qui ne comprennent pas mon français.
Comment faire en sorte de continuer ce que nous faisions avant le covid19 et de maintenir
notre croissance ? Ne valons-nous pas plus qu’une économie mondiale ?

Conclusion de ces deux natures :

Je viens de vous faire le tableau de 2 natures humaines : une, humaniste, bienveillante et
respectueuse du vivant et l’autre, conservatrice et destructrice du vivant. Je vous laisse choisir
votre camp.

Leçon 4 : La soumission

garçon regardant la télé

Lorsque l’on montre des images de faits réels violents qui peuvent directement impliquer
notre propre mort alors nous sommes prêts à nous soumettre à ceux qui savent comment ne
pas mourir. Et seulement le savent-ils ? S’ils le savaient, ne le saurions-nous pas ?

L’heure n’est plus à savoir d’où vient ce virus qui porte sur son dos une crise sanitaire et économique,  l’heure n’est plus à savoir pourquoi il est là,
qu’il soit créé en laboratoire, qu’il soit une arme biologique, qu’il soit une erreur de
manipulation, qu’il soit de nature animale, qu’il soit arrivé ici à cause de la déforestation
inhumaine que nous faisons chaque jour. Aujourd’hui, l’heure n’est plus à ces questions.
L’heure n’est plus à se préparer au pire non plus. Des lanceurs d’alerte dont je faisais partie
l’on déjà fait, il y a plusieurs mois.L’heure est venue de préparer demain.

La préparation de demain post crise sanitaire

fleur qui éclore

En Chine, il est facile de dire à des individus de ne pas bouger, de ne pas acheter, de ne pas
faire d’enfants, de ne pas manger ceci ou cela, car la Chine est une dictature.
Et beaucoup d’entre vous vont me dire que la dictature, c’est mal. N’est-ce pas ?
Et que jamais vous ne pourriez vivre dans un pays qui applique de dictature car vous êtes un
individu libre… (si vous avez raté ou déjà oublié le passage sur la liberté, alors retournez au
début de cette vidéo, à la leçon 2.)
Cependant nous sommes tous d’accord pour accepter des décisions dictatoriales si c’est pour
le bien public, n’est-ce pas ?

Prenez conscience de ce que l’on nous impose :

femme qui se tient la tête

Restez chez vous : c’est un ordre et non une proposition vous laissant le choix
Non, vous ne pouvez pas retirer plus de 500 euros, c’est un ordre et non une proposition vous
laissant le choix.
Si vous sortez, vous aurez une amende de 135 euros, c’est un ordre et non une proposition
vous laissant le choix.

Alors attention, je ne reviens pas sur ces décisions qui permettent de sauver des vies. Chaque
pays choisit ses stratégies. D’autres pays, aujourd’hui, ont choisi d’autres stratégies en
laissant le choix aux individus de sortir ou pas comme par exemple à l’heure où j’enregistre
cette vidéo, par exemple : Les Pays bas, Le Pakistan, le Brésil, l’Indonésie où j’habite. Nous
faisons un auto-confinement et créons nos propres règles de sécurité pour nous mais aussi
pour autrui lorsque nous sortons. Et dans plusieurs pays, cela fonctionne plus ou moins bien,
tout comme le confinement fonctionne plus ou moins bien. Nous n’en sommes qu’à la
période de test. Chaque pays tâtonne, essaie. Car aucun ne sait vraiment comment gérer cette
pandémie.

Un paradoxe  :

Nous voilà devant un paradoxe : comment éviter un effondrement du système, par exemple
hospitalier par un nombre grandissant de personnes qui déferlent aux urgence ? La réponse
de certains pays : par le confinement. Ainsi nous étalons les entrées aux urgences. Mais en même temps, ce confinement fait effondrer le système économique.
Alors comment le sauver ? Et bien en y réinjectant sa nourriture… de l’argent.

En 2018, j’avais fait une vidéo d’une minute où je disais que si nous nous arrêtions, tout le
système s’effondrerait car nous sommes le système et que nous sommes la clé du système et
non ceux qui croient qu’ils tiennent les rênes, je vous la montres :

Le virus n’arrête pas le système économique, c’est nous qui arrêtons de faire vivre le système.

Oui, le système économique s’arrête quand nous nous arrêtons. Ce n’est pas le virus qui
arrête le système économique mais le fait que nous ne faisons plus rien pour le nourrir.
Alors injecter de l’argent, pour sauver l’économie, c’est parfait. Et l’humain là dedans ?
N’avons-nous pas plutôt intérêt à repenser notre système puisqu’il nous montre présentement
sans aucun filtre que cela ne fonctionne pas. Il nous montre qu’un micro-organisme de quelques microns peut faire s’effondrer une machine de guerre en quelques semaines…
Et nous dans tout ça, que pouvons-nous faire ? RIRE !! Nous ne pouvons rien y faire car nous
ne comprenons pas les rouages de ce système dont nous sommes les cellules. Alors nous ne
pouvons que le subir et nous y soumettre.

Une stratégie basé sur la peur et le stress

C’est d’ailleurs toute la stratégie mise en place. Une stratégie générant du stress, de la peur,
afin de mieux asservir. Oui, la nature humaine est ainsi faite. Elle a une tendance à se soumettre facilement à une autorité perçue individuellement et collectivement si cette autorité montre des signes de
connaissance qui pourrait la sauver d’une expérience douloureuse ou de la mort immédiate.

A ce moment-là, les individus deviennent plus réceptifs à des règles de dictature ou de
dictature camouflée, des règles qu’aucun n’aurait accepté en temps normal.
Essayez de demander en Décembre dernier, aux gilets jaunes de rester chez eux ??
Est-ce le nombre de morts ou le nombre de cas dus au coronavirus qui permet une telle
soumission aux ordres ?
Non d’un point de vue actuel, cela ne peut pas être le nombre de morts puisqu’il y a d’autres
maladies, d’autres exemples de décès journaliers qui dépassent largement les cas de covid19.
L’OMS rappelle actuellement de ne pas paniquer et de relativiser en prenant exemple que la
grippe saisonnière est responsable chaque année de 5 millions de cas qui entraînent un
nombre de décès entre 280k et 600k, ce qui représente en moyenne 761 à 1643 décès par
jour.

Alors, si ce n’est pas le nombre de morts, qu’est-ce qui pousse l’humain à accepter une
forme de dictature dans laquelle il ne vivait pas habituellement, et qui va changer son futur
par voie de cause à effet ?
La peur, qui génère un meilleur contrôle sur les gens afin de mieux les soumettre.
Et le souci de préserver les personnes fragiles du virus, donc notre bienveillance, notre
humanité !!

Leçon 5 : Retrouver la foi

oiseau main

  •  Qu’est ce qu’il fait que nous en sommes arrivés là?
  • Pourquoi avons-nous laissez nos vies dans les mains d’autres personnes ? Nous pleurons les décès mais continuons à être ravis des naissances qui vont subir les mêmes pressions que nous et voir pire dans leur vie.
  • Qui devons-nous le plus pleurer ? Ne nous sommes-nous pas trompés de cible ?

La mort nous fait peur :

Nous avons tellement peur de la mort que nous la cachons, en évitant d’y penser trop, alors
on va immerger notre mental de tout un tas de chose à répétition pour combler nos heures de
vie. On va transformer notre visage pour rester jeune de manière illusoire.
Mais de quoi avons-nous peur vraiment ? Avons nous peur de comprendre que nous vivons dans une grande illusion ? Est ce que l’on a peur de comprendre que toutes nos idées ne sont que des chimères qui s’envoleront avec notre dernier souffle ? Avons nous peur de comprendre que peut être, nous ne sommes pas si autonomes et indépendants que ca et que nous faisons partie d’un grand tout… Appelez-le comme vous voulez… Dieu Jésus, Bouddha, énergie, lumière cosmique, univers peu importe !

Ce a quoi le confinement nous ramène :

Le confinement nous ramène à cette source, pas celle qui nous dit que nous sommes
identiques, celle qui nous dit que nous ne sommes pas grand-chose sur cette terre et encore
moins dans cette univers. Celle qui nous dit et qui nous souffle d’arrêter de vendre notre âme au diable.
Celle qui nous dit STOP ! STOP ! STOP !

Combien de personnes prient aujourd’hui d’après vous ? Combien de personnes savent qu’en
entrant dans un hôpital pour se soigner, elles n’en ressortiront plus jamais ? Entendez-vous
les prier ?

Moi, je les entends. Tous les membres de ma famille, du côté de ma femme sont médecins et
ont des cliniques à Jakarta, je les entends. Une des sœurs de ma femme, docteur est d’ailleurs
décédée ce matin du covid19. Le matin en méditation, je me connecte à ces personnes et je
les entends, et je pleure de leur souffrance.

La cause réel de leur souffrance est-ce cette crise sanitaire, ce virus ?

garçon assied par terre

Mais quelle est vraiment leur souffrance :

  •  Croyez-vous que c’est à cause du virus qu’elles prient et quelles pleurent ?
  • Est ce que vous croyez que c’est à cause de la maladie qu’elles prient et qu’elles pleurent ?
  • Pensez-vous que c’est à cause de l’effondrement de l’économie mondiale qu’elles prient et
    qu’elles pleurent? NON

Elles pleurent car elles réalisent que toute leur vie qu’elles croyaient solide, permanente,
s’arrête en quelques secondes et que tout ça n’était qu’une belle illusion.

C’était Jean jacques Goldman qui dans une de ses chansons, disait à juste titre : tous ces gens
qui vivent comme s’ils oubliaient qu’un jour, ils allaient mourir.

Ces gens pleurent car ils s’aperçoivent qu’ils n’en savent pas plus sur leur vie, sur eux mêmes
que quand ils sont arrivés ici. Ils pleurent d’avoir dépensé tout leur temps de vie à des
futilités sans nom. Ils pleurent de tout leur regret de ne pas avoir dit ou de ne pas avoir fait ce
qu’ils avaient à dire ou à faire. Ils pleurent de ne pas avoir eu le temps de réaliser leurs rêves.
Ils pleurent car ils comprennent qu’on leur a volé leur existence et que là maintenant, ils ne
pourront plus revenir en arrière et dire STOP à tout ce système. Ils pleurent de leur ignorance.

L’ignorance, ça s’apprend.  Mais nous en sommes pas là, n’est-ce pas ?
Nous ne sommes pas ignorants. Nous savons parfaitement tout ce qui se passe, d’autant plus
que tous les dirigeants de notre monde nous disent, jour après jour, exactement ce qui se
passe sans nous cacher quoi que ce soit.

Ce que l’on décide pour notre vie :

Allons-nous attendre qu’on nous disent GO pour recommencer comme avant ? Ou allons-
nous utiliser ce temps d’arrêt pour nous intérioriser et comprendre qui nous sommes vraiment
et que rien ni personne ne peut choisir pour nous, que rien ni personne ne peut décider pour nous,
que rien ni personne ne peut atteindre l’intégrité de l’être que nous sommes.

Ils sont en guerre pour sauver leur économie et vous invitent à les suivre.
Moi, je vous invite à entrer en guerre contre vous-même. A entrer en guerre pour sauver le
vivant, TOUS LES vivants, et vous rappeler que nous ne sommes pas différents mais faisons partie de cette grande famille de l’humanité, comme déjà je le disais dans cette vidéo, il y a 3 ans.
(La différence sépare video you tube en embed)

Les 5 grandes premières leçons que nous apprend ce virus et cette crise sanitaire :

Femme avec un masque devant son ordinateur

Alors quelles sont ces 5 grandes premières leçons que nous apprend ce virus et tous les
enjeux politiques autour de ce virus ?

Ces leçons sont :

  1. Repenser soigneusement et en profondeur sa philosophie de vie afin de faire des choix de
    vie en fonction de ses valeurs profondes et non de celles de de la masse groupe.
  2. Redéfinir son sens du mot liberté.
  3. Choisir son camp entre protecteur ou destructeur du vivant et agir dès a présent en
    conséquence.
  4. Comprendre la soumission qui nous est infligée en douceur et qui passe inaperçue.
  5. Revenir à nos valeurs les plus hautes, nos valeurs spirituelles qui ont été trop longtemps
    mises de côté, maltraitées, jugées, violées.

La difficulté de vivre sa spiritualité quotidiennement :

Effectivement, il est très difficile à notre époque, de vivre sa spiritualité au quotidien. Déjà en 1995 un maitre tibétain Dilgo Khyentse écrivait dans son livre « La fontaine de grâce » : C’est pourquoi nous avons recours à lui (en parlant du Bouddha des Bouddhas Rinpoché) en cet âge où les hommes sont mus par des sentiments et
des émotions égoïstes. La famine, les épidémies et les guerres dominent le monde.

Les quelques disciples qui suivent la voie du Dharma doivent faire face à de grandes difficultés.
C’était il y a presque 30 ans… et qu’est ce qui a changé ? Ce qui a changé, c’est que ce
confinement vous invite à nouveau à retourner vers vos valeurs spirituelles, vos valeurs les
plus hautes et repenser votre vie et votre futur.

Imaginez que lorsque les soit disant grands de ce monde nous disent ok, vous pouvez
reprendre votre vie comme avant, que nous disions NON ! Que se passerait-il pour eux ? Ne
serait-ce pas une chance incroyable à saisir pour faire de véritables demandes de
changements profonds. Je ne parle pas ici de changements d’ordre personnel mais de
changement radical aussi radical que possible pour sauver, le monde, la biodiversité, la terre,
ses forêts, ses minerais, ses océans, et par voie de conséquences pour sauver les enfants de
nos enfants.

Saurons nous écouter le message qui nous est envoyé ? Saurons-nous ne pas plier une
nouvelle fois à l’ordre imposé qui va à l’encontre de nos libertés ? Saurons-nous refuser ce
nouvel ordre mondial qui se dresse à grand pas, quelle que soit la forme qu’il prenne?
Nous sommes à la croisée des chemins et une nouvelle trajectoire de vie pour chacun d’entre
nous est en train de se dessiner.

Décider de notre vie de demain aprés cette crise sanitaire :

Choix avec des flèches

Personne, absolument personne d’autre que vous, ne pourra prendre la décision à votre place
de votre vie demain. Je ne pourrai même pas le faire pour mes propres enfants.

Ce que nous devons refuser :

Nous devons refuser la surconsommation, la déforestation,   l’obsolescence programmée des produits tout comme la 5G.  C’est de tuer les vivants pour nourrir de cadavres que nous devons refuser.   nous devons refuser de donner à manger des produits sans qualité nutritionnelle à nos enfants, nous devons refuser d’acheter des produits fabriqués par des enfants et adultes maltraités et exploités.

Concernant les banques, il faut refuser qu’elles  décident quoi faire de notre argent, quand et comment nous devons le dépenser. Nous devons refuser que tous nos enfants apprennent exactement la même chose alors que nous sommes tous différents. C’est un monde de compétition dans le quel on ne doit pas rentrer. Nous devons refuser l’ignorance.  Etre  traqué, espionné, contrôlé est impossible. Il faut que l’on refuse  de reverser 60% ou plus de notre salaire en taxes (sauf si nous avons la certitude que ces taxes servent le bien public comme le service de santé, l’éducation, l’environnement) et encore le jour de notre mort.

Refusons de sauver un système qui nous asservit, qui détruit le vivant et qui nous montre ses
limites et son absurdité. Et si nous ne le refusons pas alors nous devrons accepter que ce que nous vivons aujourd’hui se reproduise de nouveau et de pire en pire encore et encore et encore.
Je finirais en ayant une pensée toute particulière aux personnes qui jour et nuit, risquent leur
vie pour sauver des vies dans les hôpitaux.

Je laisserai le mot de la fin à Jiddu Krisnamurti qui tout au long de sa vie, a rejeté les idées
reçues, rejeté les religions, les doctrines et les conditionnements sous toutes ses formes.
Ce n’est  pas un signe de bonne santé mentale d’être bien adapté à une société malade.
Jiddu Krishnamurti.

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika Soul in a Mind sur l’art de la maitrise de soi et de l’émergence spirituelle



Tout ce que vous ne savez pas encore sur vous…

Ou en suis-je maintenant ?

Faites l’experience d’Anapanasati

Restez dans la boucle des Soulminders

FacebookTwitterInstagramPinterestLinkedin Youtube