Connaissez-vous le test du Marshmallow

(L’article a été mis à jour le 8 novembre 2021).
Si je vous disez que notre avenir tiens dans le test du marshmallow ? Mon dernier article et celui d’avant ont suscité beaucoup de questionnements et aussi beaucoup d’incompréhension. Mais cela ne m’étonne pas, car on nous a appris à compartimenter nos zones de vie plutôt qu’à les unir.

Dans cet article, je souhaite aborder les raisons qui poussent tout un chacun, au niveau individuel comme collectif, malgré des menaces de gouvernance mondiale, de dictature mais aussi des risques climatiques puis d’une rupture technologique ou économique, d’un effondrement systémique, de l’extermination de notre biodiversité et voire de la fin possible de notre civilisation, à ne pas aller dans le sens du changement.

On pourrait se demander mais pourquoi ? Pourquoi, alors que nous savons toutes et tous que plusieurs météorites vont nous tomber dessus, continuons-nous à vivre ainsi ? Et vous verrez que la réponse va nous être donnée par des écoliers de maternelle entre 4 et 6 ans et un marshmallow.

Le conflit entre zone de vie et l’intention de vie

Donc revenons au fait que la plupart des personnes vivent avec des zones de vies compartimentées, par exemple, l’un sur un chemin spirituel, puis une autre le professionnel (dans lequel ils ne parleront jamais de leur recherche intérieure ni de la dernière rencontre avec un moine ou un gourou), puis une autre, sexuelle et encore une autre, relationnelle. Chacune de leurs zones de vie sera forcément en conflit avec une autre, à un moment donné.

  • Comment un chaman (que je ne suis pas) peut-il demander de l’argent pour aider ses élèves à découvrir leur animal totem ?
  • De quel façon un gourou en méditation qui soigne les esprits peut-il demander de l’argent pour apprendre la méditation à ses disciples ?
  • Comment un médecin soignant les corps, peut-il demander de l’argent à ses patients ?
  • Et puis pourquoi le boulanger ferait-il payer son pain, après tout ?

Honnêtement, si un homme avec une grande robe blanche et un bâton de pèlerin venait au centre d’une ville en France, vous dire qu’il peut vous permettre de retrouver le chemin de votre cœur, et vous amener vers celui de l’éveil, vous l’écouteriez ?

Et s’il vous dit et redit que c’est Jésus réincarné, vous l’écouteriez ? Non ! Avant toute chose, vous iriez voir qui il est, si il a une page FB, s’il a un site internet, si il a écrit un livre.

Le chemin de l’éveil : Vivre avec son temps pour un nouveau paradigme

Si le Vrai Jésus-Christ ou Bouddha redescendait sur terre, en France par exemple, il n’aurait pas le choix.  Il aurait du mal à se faire entendre s’il n’utilisait pas les ressources actuelles du système.  D’ailleurs les grands éveillés d’aujourd’hui l’ont bien compris :

Pour vous citer juste 3 exemples : Eckhart Tolle qui fait des web conférences et qui vend ses formations en ligne, le Dalaï Lama qui fait des webinaires et tient une page FB et Twitter très actives ou Sadhguru avec ses vidéos youtube journalières… Ils vivent avec leur temps, publient des livres, communiquent avec les outils du système.

Pour avoir ce détachement, j’enseigne la nécessité et la capacité de lier toute nos zones de vies à une seule et une même intention de vie. Ainsi pour moi, il n’y a aucune différence à enseigner la méditation Anapanasatiou la maîtrise de ses pensées et de ses émotions ou, faire grandir son entreprise de manière holistique en trouvant des clients pour les produits et les services ou, aider les couples à mieux communiquer entre eux.

De mon point de vue, (en tout cas, c’est l’enseignement que je donne) la spiritualité, ce n’est pas vivre en marge de la réalité en s’inventant un idéal. Non ! La spiritualité, c’est être DANS la réalité et ne pas la rejeter, dans la réussite comme dans l’échec. Aujourd’hui, notre Réalité c’est un système qui inclut internet, les cartes bancaires, les crises successives, mais aussi l’éveil des consciences et l’opportunité de changer de paradigme, la connexion à ses valeurs ainsi que l’argent, le commerce et la corruption, la relation à dieu et à l’invisible.

Notre réalité, la diversité…

la voie des Soulminders - Roman initiatique - Mika Denissot

Notre réalité, c’est aussi la perte des valeurs humaines et la montée du transhumanisme. C’est la méditation transcendantale, c’est le yoga et la prostitution et les raves parties. Ce sont également des milliards d’animaux tués pour être mangés, c’est l’anthropomorphisme, mais c’est aussi l’entraide lors de catastrophes naturelles. C’est des personnes qui ont des moyens financiers qui aident les plus démunis, mais à un autre niveau, c’est aussi des personnes qui ont des moyens financiers qui exploitent les plus démunis.

Notre réalité, ce sont des retraites méditatives et initiatiques aux traditions anciennes et des vidéos sur Youtube sur « Comment casser un iPhone en 3 minutes ? ». Notre réalité, c’est vous et moi qui utilisons Youtube chaque jour pendant que des petites mains gagnent moins de 1 euro pour que nous puissions voir et échanger via nos vidéos. C’est ça notre réalité et bien sûr, je pourrais continuer ainsi pendant des heures et des heures…

Le chemin de l’éveil

Voilà ce qu’est pour moi, un être qui marche sur le chemin de l’éveil. C’est celui ou celle qui a la capacité de vivre avec son temps, dans ce système, dans l’ici et maintenant sans mettre de côté ce qui ne lui plait pas, en accueillant toutes les facettes du réel. D’ailleurs méditer en pleine conscience, n’est-ce pas cela, être dans l’ici et maintenant ?

Voilà, je pense avoir répondu à tous les commentaires d’incompréhension. Pour info, avant de me juger, vous avez toute ma biographie dans chaque description de mes vidéos, le lien se trouve toujours tout en bas.

Un univers sans bonheur ou prendre le risque d’établir des actions pour un avenir meilleur, le test de la friandise

Revenons à l’essentiel, pourquoi naturellement, préférons-nous rester dans un univers que nous connaissons même s’il n’est pas très réjouissant, plutôt que de prendre le risque de faire des actions pour un avenir incertain?

Pour comprendre cela, il faut remonter en 1960, où une expérience est menée par Walter Mischel, psychologue à l’université de Stanford où il est professeur. Walter Mischel en a d’ailleurs fait un livre qui s’appelle le Test du marshmallow qui a été publiée en 1988.

Quels sont les ressorts de la volonté face à une friandise

Enfant bonbon

Le livre nous révèle comment l’étude a été menée. Walter Mischel, le psychologue et son équipe demandent à l’administration de Stanford l’autorisation d’effectuer une recherche, avec des jeunes élèves de maternelle entre 4 et 6 ans. Les écoliers doivent rentrer seuls dans une salle et s’assoir devant une table sur laquelle est posé le bonbon. Quand l’enfant rentre dans la salle, il est clair que ses yeux se dirigent vers la friandise. Qui n’a pas aimé les bonbons étant jeune ?

L’expérimentateur lui dit alors qu’il doit s’absenter quelques instants pour aller voir un autre enfant. L’expérimentateur lui dit cependant, que pendant son absence, s’il le souhaite, il peut prendre le bonbon, mais que s’il se retient, en gratification il aura le bonheur d’en recevoir deux.

Quel a été, à votre avis, la réaction de ces écoliers ? Qu’est ce qui s’est passé dans leur tête pendant ce temps ? Sachez que la plupart ont attendu le retour de l’expérimentateur, pour avoir le bonheur d’obtenir la seconde guimauve en gratification, mais ce n’était absolument pas facile pour eux face à la tentation. Ils ont tous utilisé des stratégies différentes pour se distraire du bonbon en face d’eux. Certains se chantaient des chansons, d’autres se serraient les mains sous les cuisses, d’autres regardaient partout en évitant le bonbon.

La question était alors : pourquoi nos écoliers avaient-ils tant de mal à résister à la tentation de manger le marshmallow ?

La réponse est celle-ci : parce que notre cerveau déclenche une réaction, une envie d’agir dans l’anticipation d’une gratification, d’un moment de bonheur. Notre cerveau ira toujours vers ce qui lui fait du bien.

Mais là, dans cette situation, il doit rester inactif pour obtenir une faveur, donc cela va à l’encontre de sa nature cérébrale. Du coup, ça déclenche un stress ! Ce qu’il faut comprendre, c’est que pour le noyau accumbens (la partie du cerveau qui signale la gratification), il produira un signal plus fort face à un bonheur envisagé à terme, dans le présent, que si celui-ci est envisagée dans un futur, même proche.

Pour l’enfant, une guimauve tout de suite vaut mieux que l’éventuelle friandise dans le futur. Seulement, pour une durée courte, l’expérience montre qu’ils ont su attendre, l’envie a été différée. Mais passé un quart d’heure, cela ne fonctionnait plus. Si vous êtes parents, vous devez savoir cela, n’est-ce pas ?

L’observation ne s’arrête pas là. Quelques années plus tard, le psychologue Walter Mischel et son équipe contactent les parents des enfants qui se sont prêtés au test et leur posent plusieurs questions concernant leur comportement social et psychologique, leurs résultats à l’école etc. Et il s’est avéré que ceux qui quelques années plus tôt avaient réussi à attendre le retour de l’expérimentateur, rencontraient plus de réussite dans presque tous les domaines, que la moyenne de ceux qui avaient été testés.

Conclusion de la première partie de l’étude pour le test du marshmallow : Gourmandise et Self-contrôle

Enfant fille

La conclusion de la 1ère partie de cette recherche est que ceux qui avaient réussi le test possédaient un plus grand potentiel de self control, (que j’appelle la maîtrise de soi dans ma formation du même nom) et que cette disposition leur avait permis d’exceller dans de nombreux domaines de leurs activités.

Seulement les chercheurs ont essayé de comprendre les raisonnements internes qui avaient poussé les autres enfants à consommer la friandise, et à ne pas attendre la seconde friandise. Ils se sont concentrés cette fois-ci sur ceux qui avaient le choix de prendre la friandise et ont tenté de voir s’il n’y avait pas une autre explication.

  • Premièrement, certains avouaient qu’ils étaient convaincus que l’expérimentateur n’allait pas revenir avec un autre bonbon. Ce qui était une hypothèse possible, n’est-ce pas ?
  • Deuxièmement, d’autres disaient que s’ils attendaient trop longtemps, on ne les aurait pas laissé consommer le bonbon qui se trouvait sur la table devant eux. Là encore, ça a du sens non ?
  • Et troisièmement, d’autres ont dit que l’expérimentateur allait manquer de friandises et qu’il allait devoir partager le sien avec d’autres. Là aussi, ce scénario était probable.

La seule réponse possible pour ne pas mettre le cerveau en stress était de manger un bonbon,  bien réel sur l’instant. Ce choix était mieux plutôt que d’attendre d’en avoir peut-être deux dans un futur hypothétique…

Ces enfants, concluent-ils, ne manquent forcément pas de volonté. Peut-être sont-ils simplement moins confiants ou moins optimistes en ce qui concerne le futur. Mais ce n’est pas tout.

le test du marshmallow pour comprendre la psychologie et la manière dont nous nous comportons face au marshmallow

L’expérimentation a été poussée plus loin, particulièrement l’analyse finale. Cela devient intéressant pour mieux comprendre la psychologie de notre comportement, dans ce type de circonstance où s’entremêle : volonté, bonheur, action différée, affronter le stress.

Une étude complémentaire a été menée à l’université de Rochester. Là, les chercheurs ont décidé de modifier l’opinion des petits sur la confiance qu’ils portaient à l’expérimentateur avant de passer le test. Ils ont procédé ainsi. Ils ont créé 2 groupes : un groupe soumis à un environnement faillible et l’autre soumis à un environnement fiable.

Le groupe soumis à un environnement faillible se voit donner des feuilles de papier, des livres, des tissus et une boîte de crayons usagés, très difficile à ouvrir. Il leur est dit que s’ils attendent un peu, l’expérimentateur va revenir avec une boîte de crayons neufs. Quelques instants plus tard l’expérimentateur revient, s’excuse en disant qu’il s’est trompé mais n’a pas d’autres crayons neufs. L’environnement faillible a donc été créé.

Le second groupe soumis à un environnement fiable se voit recevoir une boîte de crayons neufs puis refait le test avec la friandise. Et comme les scientifiques l’avaient prévu, tous les enfants soumis à un environnement faillible ont dégusté la friandise avec une attente moyenne de 3mn et 2s et ceux soumis à un environnement fiable l’ont consommé, mais au bout de 12mn en moyenne.
Que nous apprend cette étude magistrale menée sur plusieurs décennies ?

Les conséquences d’un avenir incertain

Que plus l’avenir nous parait incertain, moins nous sommes susceptibles de renoncer à un plaisir ou une gratitude immédiate en faveur d’un futur hypothétique. Ce qu’il faut comprendre, c’est que malheureusement, quand on essaie de modifier le comportement d’une personne en la mettant en garde contre des incidents à venir comme : perte d’argent et prise de poids ou troubles mentaux pour les drogues dures à hautes doses, réchauffement climatique, effondrement systémique, il s’agit à chaque fois de poussières, de pierres ou de météorites qui se situent dans un futur INCERTAIN.

Ces menaces se situent toutes dans l’avenir et parfois même, un avenir lointain ou très lointain. Et nous le savons tous : il n’y a pas plus incertain que l’avenir. Ce que nous savons aussi, c’est qu’il est difficile de forcer les gens à prendre une décision pour quelque chose qui n’arrivera pas forcément. Cependant, il est très facile d’ignorer les poussières, les pierres et même les météorites et de nous convaincre que tout ira bien en conservant nos habitudes, même mauvaises.

Notre compréhension de l’expérience avec le test du marshmallow

Voilà pourquoi la menace d’une catastrophe future est parfois moins efficace pour nous faire bouger qu’une faveur mineure, une satisfaction dans l’ici et maintenant. Au lieu de dire nous devons à tout prix changer nos habitudes, sinon nous allons droit dans le mur et pouvons disparaître à terme, il est préférable de dire : si nous arrêterons, là, maintenant, de consommer de la viande (par exemple), chacun se verra recevoir une augmentation de salaire de 500 euros mensuels pour le restant de ses jours. Nous verrons surgir alors, une armée de végans en moins de temps qu’il ne faut pour le dire !

Si au lieu de dire d’arrêter de prendre l’avion, à cause des émissions de CO 2 qui rendront à terme le futures invivables, nous disions : “si vous diminuez vos voyages en avion de 70% ,vos crédits à hauteur de 50 000 euros seront effacés ou vous bénéficierez de 50 000 euros de voyage en utilisant des transports plus verts. Pour ceux qui n’ont pas de crédit, vous aurez accès à autant de formations que vous le désirez pour un montant égal à 50 000 euros”.  Là, nous verrions les voyages en avion diminuer drastiquement. Et ceux qui ont suivi les formations s’épanouir et devenir plus heureux.

L’Intention et la volonté de récompense = alignement avec soi-même

Vous pouvez vous amuser à faire ce genre de réflexion. Ça marche aussi avec ses enfants, au travail, avec ses collaborateurs ou même lorsque vous devez faire un deal (j’ai testé) … ça marche aussi pour aider les gens à entrer dans une discipline spirituelle. Vous l’avez compris, si votre intention de vie est identique dans toutes vos zones de vie, vous pouvez alors rester constamment aligné.

Et pour notre futur et celui de nos générations ? Arrêtez de vous blâmer. Il faut arrêter de juger les autres parce que cela vous dérange ou vous fait peur. Cela serait bien d’arrêter de regarder ce que fait ou ne fait pas untel. Regardez vos chaussures et balayez juste devant votre porte. Faites les changements qui vous appartiennent. Engagez-vous dans des causes ou des combats qui vous parlent. Donnez de la couleur à votre histoire. Posez-vous la question du sens de votre existence. Poses-vous le pourquoi vous vous levez vraiment chaque matin plutôt que de mettre fin à vos jours. Si votre destinée consiste à juger les autres, elle n’a aucun sens.

L’être spirituel sur le chemin de l’éveil

Faites de votre travail l’extension de votre personnalité, la zone dans laquelle vous allez vraiment vous exprimer. Faites de votre spiritualité le garde-fou de vos actions dans tous les domaines de votre vie sans aucune exception. Vous pouvez prendre de la drogue est être engagé sur le chemin de l’éveil. Travailler 16h par jour et être sur le chemin de l’éveil est possible. Vous pouvez être souvent en colère et être sur le chemin de l’éveil. La spiritualité n’est pas réservée au seul niveau de ceux et celles qui font du yoga et de la méditation ou du développement personnel. Et c’est bien souvent le contraire.

Un être spirituel est un rebelle avec une discipline de fer. La spiritualité, c’est un état d’esprit et non, un état d’être. Alors illuminez votre existence, colorez-la. Vivez dans l’ici et maintenant avec la réalité, toute la réalité, telle qu’elle se présente à vous. Ne niez pas ce qui est réel. Même si cela ne vous convient pas.

Le réel, c’est ce qui EST.

Emergence Spirituelle - formation en ligne - Mika Denissot

C’est la meilleure définition que j’ai trouvée. Donc, tout ce qui passe dans votre esprit, même une idée saugrenue, une émotion, un rêve, c’est la réalité. Ou la vôtre pour ceux et celles qui jouent sur les mots. Plus vous allez accepter et vous caler avec le réel, plus vous serez aligné, heureux et heureuse, et comme beaucoup me le disent, vous aurez une force de détachement. Cette force de détachement élèvera en vous de la sensibilité. (Vous devez pour ça, considérer votre existence non pas pour votre petit Moi. Vous avez vous laisser porter par quelque chose de plus grand qui vous dépasse.)

Cette sensibilité vous liera à l’humanité sans y être attaché. Vous la comprendrez petit à petit de l’intérieur. Alors seulement à ce moment, vous pourrez faire des changements dans vos habitudes. Non pas pour un avenir incertain mais pour la récompense de l’ici et maintenant.  Cette recompense c’est celle de faire un pas de plus vers l’éveil.  C’est celle de monter une marche de plus sur l’escalier des mille marches.

Mon secret pour passer outre les attaques

Et pour finir, rappelez-vous que les gens remarqueront plus ce que vous ne faites pas que ce que vous faites. Vous savez quel est mon secret pour passer outre ces injonctions et ces attaques ? Je me rappelle juste que lorsque je vais quitter ce monde, je partirai seul sans personne d’autre. Et qu’aucune personne sur terre ne pourra jamais me comprendre car ce que j’ai vécu, moi seul en comprends le sens.

Cela vous renforcera contre les vampires d’ambition, et vous rapprochera des plus démunis    en élevant votre compassion et vous permettant de comprendre la solitude humaine. Cette solitude qui nous fait vivre dans l’incompréhension de nous-mêmes, des autres et du monde qui nous entoure.

Merci de m’avoir lu.

Mika

 

Mika Denissot

Prêt à prendre une initiative et rejoindre notre communauté ? Inscrivez-vous pour recevoir plus d’articles et d’infos de Mika et Soul in a Mind. 



Méditation de couple - mp3 gratuit

 

Restez dans la boucle des Soulminders

Telegram Mika Denissot

Facebook Twitter Linkedin Youtube Instagram